Partager ses livres papier : Booxup, le Airbnb des bibliothèques

Antoine Oury - 22.03.2015

Lecture numérique - Applications - Booxup airbnb bibliothèques - livres papiers application - partage lecture


« Nous sommes persuadés que le livre papier est encore légitime », annonce David Mennesson d'entrée de jeu. L'activité de Booxup se base malgré tout sur une application iOS et bientôt Android, qui permet l'accès à plus de 10.000 livres gratuits. Le piratage accueilli au Salon du Livre de Paris ? Pas vraiment, puisqu'il s'agit d'un service pour identifier et rencontrer les bibliothèques intéressantes à proximité. Et les gens qui les possèdent.

 


Robin Sappe et David Mennesson (Booxup) - Salon du Livre de Paris 2015

Robin Sappe et David Mennesson, cofondateur de Booxup - Salon du Livre de Paris 2015

(ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Pour résumer rapidement, que le développeur nous pardonne, Booxup fonctionne un peu comme un croisement entre Momox, le service de revente d'ouvrages, et Tinder, l'application pour trouver "l'amour" au coin de la rue. Une fois l'outil installé, l'utilisateur est en effet invité à scanner les codes-barres des livres de sa bibliothèque, pour procéder à leur enregistrement dans l'appli.

 

L'autre étape est un service de géolocalisation, qui permet de retrouver dans sa zone géographique les bibliothèques des autres utilisateurs, et les livres qui sont susceptibles de nous intéresser. Un système de messagerie prend ensuite le relais, pour demander l'avis de l'utilisateur sur un ouvrage, et, pourquoi pas, lui proposer de le prêter, ou de le vendre. Les utilisateurs s'empareront eux-mêmes de l'appli, avec leurs propres usages.

 

« Le prix du livre est un véritable sujet, et il a été identifié par de nombreuses personnes que nous avons intérrogés. L'une d'entre elles, qui dispose de très haut revenus et d'une voiture à 140.000 €, trouvait aussi les livres trop chers ! Les étudiants, les personnes aux revenus plus faibles, n'en parlons pas... » explique David Mennesson, cofondateur du service Booxup.

 

« Les gens, par contre, ont tous un budget livre, et tous ont envie de lire. Mais ce budget est plus ou moins limité : certains ont envie d'acheter 10 livres à la Fnac, mais la facture monte facilement au-dessus des 100 € », poursuit-il.

 

Le prêt de livres, « qui a toujours existé », est facilité par l'application, qui permettra aussi, sans doute, de multiplier les rencontres... « Le livre est un bon ice breaker, c'est sûr », sourit David Mennensson.

 

 

"Si l'auteur n'est plus payé par les gens qui le lisent, il faut s'interroger sur la répartition du prix du livre."

 

 

 

Les métadonnées utilisées pour reconnaître les ouvrages sont celles d'Amazon et Google, face au manque de collaboration des acteurs français des données informatiques du livre. L'application est utilisable dans le monde entier, même si la reconnaissance des ouvrages et l'affichage des résumés sont plus efficaces dans l'hémisphère nord.

 

En deux semaines, l'application version 1.0 a réuni un millier d'utilisateurs. Lors de la marche des auteurs qui manifestaient pour leur rémunération, certains ont pris à parti le service. « Si l'auteur n'est plus payé par les gens qui le lisent, il faut s'interroger sur la répartition du prix du livre. Et imaginer de nouvelles choses : Gérard de Villiers se faisait payer pour citer Zippo ou Breitling dans ses textes, par exemple... »

 

D'autant plus que le prêt de livres a toujours existé, et qu'il est plutôt logique qu'il s'approprie les outils numériques : « Il ne faut pas avoir peur des expériences. Le numérique pose beaucoup de questions, qui sont malheureusement cachées par le piratage, ce faux sujet. Si Booxup rencontre un certain succès, je suis sûr que nous aurons des problèmes avec les professionnels du livre », diagnostique le cofondateur du service.

 

Ce qui ne l'empêche pas de projeter sa société dans l'avenir : « Nous pensons que le livre numérique doit pouvoir être prêté, avec des restrictions, car le fichier est plus volatile. » Booxup pourrait également développer une liseuse open source, ou même devenir éditeur de livres papier. La dynamique des jeunes entrepreneurs.