medias

Bragelonne amorce la publication de livres uniquement en numérique

- 18.04.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - livre numérique - Bragelonne - publication exclusive


De longue date, le ‘dredi annonce les sorties chez Bragelonne. La journée où les livres numériques à venir sortent avec les titres de l'éditeur, ainsi que ceux de Milady et de Castelmore. La semaine passée, sept nouveaux titres venaient grossir les rangs du catalogue. 

 

Petite minute de promotion, donc, avant de passer à l'essentiel : 

  • Demon Wars #4 : Mortalis de R.A. Salvatore (12.99 €) *
  • Les Joyaux noirs #1 : Fille du Sang d'Anne Bishop (9,99 €)
  • La Trilogie des Vents #2 : Les Vents du changement de Mercedes Lackey (4,99 €)
  • Greg Mandell : Quantum de Peter F. Hamilton (4,99 €)
  • Manitou #3 : L'Ombre du Manitou de Graham Masterton (4,99 €)
  • La Légende de Drizzt #5 : Les Torrents d'argent, partie 2/3 de R.A. Salvatore, Andrew Dabb & Val Semeiks
  • Rex Mundi #19 : Embrasser et tuer d'Arvid Nelson et Juan Ferreyra (1,49 €)

 

Des nouveautés qui cachent surtout une nouveauté, pour l'éditeur. En effet, le titre de R.A. Salvatore est proposé en version numérique seule. Ce livre « inaugure une liste de romans dont l'exploitation se fera exclusivement sur notre catalogue électronique ». 

 

 

 

Certes, Bragelonne ne s'en est jamais caché : la possibilité d'exploiter des titres uniquement en version numérique est une solution qui a fait son chemin. 

 

« Nous avions évoqué la chose il y a quelque temps déjà, et nous sommes maintenant en mesure de proposer des romans inédits, notamment la suite de cycles qui ont dû être abandonnés pour une raison X ou Y. D'autres titres inédits sont déjà prévus… » Les trois premiers tomes sont bien entendus disponibles en version imprimée. 

 

L'exploitation en version numérique d'un titre peut impliquer plusieurs approches. D'abord, et dans le cas d'une série, celle d'une exploitation qui s'essouffle et dont on préférerait économiser les coûts liés à l'impression. D'un autre côté, c'est aussi se priver des amateurs de pages papier… donc de revenus. Il est facile aussi d'y voir une expérimentation très simple, avec la commercialisation unique d'un titre qui est le 4e opus d'une saga.

 

Nous devrions y voir un peu plus clair sous peu.

 

Retrouver la saga Demon Wars en librairie