Bubble, application de découverte de BD, se connecte aux libraires indépendants

Antoine Oury - 03.07.2018

Lecture numérique - Applications - bubble bd - bubble application - application BD


Un peu plus de deux ans après son lancement en janvier 2016, l'application de classement et de découverte de bandes dessinées, comics et mangas Bubble termine dans les prochains jours une campagne de financement participatif couronnée de succès. Objectif de cette collecte, la mise en place d'une connexion avec des librairies indépendantes pour leur permettre de vendre au travers de l'application, mais aussi la création d'un réseau social.



Le début de l'aventure remonte à janvier 2016 pour Bubble, au Festival international de la BD d'Angoulême : l'équipe, qui se limite alors à deux personnes, présente aux festivaliers une application « qui, au départ, avait surtout été pensée pour gérer des listes de BD », nous explique Nicolas Dévé, cocréateur de Bubble avec Benoit Vallon. « Cette fonctionnalité a intéressé pas mal de gens là-bas, ainsi que la possibilité de recevoir des notifications pour les nouvelles sorties au sein d'une série. »

 

Deux ans plus tard, l'application a considérablement évolué : aujourd'hui, elle sert toujours à s'organiser, mais aussi à découvrir et à acheter des bandes dessinées, des comics et des mangas. L'objectif de ce crowdfunding, qui a déjà récolté plus de 50.000 €, est d'améliorer chacune de ces propositions.

 

Les grands travaux ont commencé
 

Première amélioration, et non des moindres, l'ouverture de l'application aux librairies indépendantes, pour les achats. « Pour l'instant, nous sommes limités au ecommerce, mais nous avons rapidement identifié que nos utilisateurs voulaient soutenir leurs librairies indépendantes. Et, quand nous nous sommes rapprochés des libraires, nous avons constaté que la plupart d'entre ne disposaient pas d'outils informatiques pour mettre en place le click & collect [achat en ligne et retrait en magasin]. »

 

Qu'à cela ne tienne, Bubble servira d'intermédiaire en proposant aux libraires un back-office sur lequel ils pourront déposer leur stock, qui sera ensuite affiché dans l'application. Ce back-office sera aussi un tableau de bord pour les libraires, qui pourront y retrouver des statistiques, des clics sur leur enseigne aux achats de leurs clients, en passant par ceux qui les ont ajoutés en magasin favori.

 

« Nous avons assisté à la naissance d'un véritable enthousiasme chez les libraires, surtout les enseignes assez importantes en matière de chiffre d'affaires », explique Nicolas Dévé. « Cela nous rend ambitieux avec eux, car ils nous fournissent des points physiques sur lesquels nous appuyer. Cela nous permet de multiplier notre force commerciale, et, pour eux, de jouer aux côtés de Priceminister et Amazon. »

 

10 libraires ont officiellement apporté leur soutien à la campagne de financement participatif, pour assurer de l'intérêt porté au système. « Bubble est une plateforme digitale avec laquelle nous pouvons développer de nouveaux services pour nos clients, le click & collect évidemment, mais aussi la livraison en 1h pour les urbains pressés », assure ainsi Marc Szyjowicz, gérant de BDNET et président du réseau Canal BD, groupement de 120 librairies spécialisées BD.

 


À ces principales fonctionnalités de commande s'en ajouteront sans doute d'autres, notamment dans le domaine de la communication, pour les séances de dédicaces et autres lancements, par exemple. Interrogé sur la possibilité d'intégrer les ventes et achats d'occasion, Nicolas Dévé nous explique que « le besoin a été identifié », mais reste à l'étude pour le moment, en raison d'un marché « où il y a beaucoup d'acheteurs, mais peu de vendeurs ».

 

Un réseau pour capitaliser sur les échanges
 

Revendiquant 100.000 utilisateurs, l'application Bubble se dotera aussi, grâce à la campagne, d'un réseau social dédié qui permettra aux utilisateurs de se suivre entre eux et d'affiner le système de recommandation de titres, qui vient renforcer la publication de chroniques rédigées par un membre de l'équipe de Bubble, qui compte aujourd'hui 6 personnes au total.

 

France : qui sont les lecteurs de BD,
mangas et comics ?


Du côté du modèle économique, Bubble compte sur 3 sources de revenus : la commission avec les ventes ecommerce, qui sera étendue aux librairies et va de 9 à 15 % du prix de la vente, en fonction du vendeur et du volume de ventes mensuel.

L'affichage de publicité a également convaincu des annonceurs du secteur, notamment Delcourt, tandis qu'une version premium, payante, propose quelques fonctionnalités avancées et la disparition des publicités, pour 4 € par mois ou 29 € par an — sachant qu'un achat via l'application, peu importe son montant, offre un mois de version premium.





Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.