'Buy Now', bouton d'achat Amazon anti-pirates chez MediaFire

Nicolas Gary - 03.02.2013

Lecture numérique - Législation - piratage - services cloud - bouton d'achat


MediaFire est une société respectable : cette solution gratuite de stockage en ligne, pour le business, les professionnels ou des usages privés sert également d'outil de restauration et de partage entre utilisateurs. Oups... partage... le mot interdit. Celui qui rime avec piratage et qui a tôt fait de vous mettre sur le dos les Majors de toutes les industries culturelles possibles et imaginables... Eh bien MediaFire a trouvé une parade.

 

 


 

 

Les conditions d'utilisation du service ont dernièrement été modifiées, et ce n'est pas la première fois. À la fermeture de Megaupload l'an passé, le service MediaFire s'est retrouvé sous le feu des projecteurs, et tant la presse que les ayants droit, on surveillait de près les activités. Sait-on jamais : depuis MU, quelques fichiers auraient très bien pu se réfugier dans les dossiers de MediaFire... 

 

Hollywood n'avait, à l'époque, pas fait dans la dentelle : trop similaire à MU, trop proche par son service, et donc, trop susceptible de servir aux mêmes violations du droit d'auteur, MF était dans la ligne de mire. Il fallait faire cesser ce service, et rapidement, pour que la contrefaçon sur le net prenne une nouvelle fois fin. MF avait réagi doucement, faisant oeuvre de pédagogie, plutôt que de communiqués indignés. 

 

Pour lutter à sa manière contre la présence de fichiers pirates, mais également parvenir à conforter les Majors dans l'idée que son service est copyright-friendly, MF vient de passer un accord avec Audible Magic, pour scanner et reporter les empreintes numériques de fichiers vidéo, musicaux, etc., tous soumis au droit d'auteur. Dès lors qu'un fichier est suspecté d'être plus illégal que dûment partagé, MF remplace alors le lien de téléchargement par un lien d'achat... pointant sur Amazon. 

 

« Dans l'intérêt de la protection de nos utilisateurs, ainsi que de MediaFire, nous utilisons AudibleMagic pour prévenir du partage non autorisé de documents audio et vidéo soumis au copyright. MediaFire est déterminé à protéger ses utilisateurs et ce système nous permet de le faire », assure le cofondateur, Tim Langridge, interrogé par Torrent Freak.

 

Les fichiers en question restent toujours accessibles pour celui qui les a originellement placés dans son dossier : pas question de couper les accès ni même de faire la police. En revanche, empêcher le partage - et donc le piratage - en douceur, cela fait plus de sens. « Nous n'autorisons pas le partage de contenus protégés par le copyright. Lorsqu'un utilisateur tente d'effectuer une action de ce genre, nous lui diffusons un message d'erreur. »

 

De là à tout renvoyer vers Amazon, qui doit donc verser une commission en vertu de l'intéressement aux ventes, c'est tout de même un chouia abusif. Surtout que, si le système se généralise aux livres numériques que l'on peut trouver dans les dossiers des uns et des autres, comme justifier que le service MediaFire ne renvoie alors plus que vers un format propriétaire ? Dans tous les cas, proposer des liens vers l'ensemble des cybermarchands serait nettement plus utilisateur-friendly...