Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

medias

Cachez moi ce sein, que je ne saurais vendre : l'érotisme ne paye plus

Clément Solym - 24.08.2017

Lecture numérique - Acteurs numériques - librairie ebook Amériqu - Barnes Noble librairies - livres numériques érotisme


Un changement de politique commerciale chez le libraire Barnes & Noble semble plonger dans la tartufferie la plus totale. Le service Nook Press, qui se destine aux auteurs indépendants, va couper court à la vente de certains titres. Les écrivains, maladroitement alertés, ne pourront plus commercialiser leurs titres, retirés de la vente sans autre forme de procès.

 

erotica
olle svensson, CC BY 2.0

 

 

Au cours des derniers jours, Nook, le service de l’enseigne Barnes & Noble, a donc mis tout le monde devant le fait accompli. Conséquence directe de cet avis d’expulsion des œuvres, sans sommation, les auteurs ont rapidement dégainé sur les réseaux. De fait, les livres jugés offensants sont donc supprimés des étagères numériques. Et en guise de service client, Nook avertit : si un titre de nouveau susceptible de choquer était mis en vente, le compte serait finalement bloqué.

 

Un début de purge pour le service de la chaîne, qui aurait plutôt besoin de consolider son offre face à Amazon qui propose tout et n’importe quoi – jusqu’aux histoires de licornes ou de pokémon gay ?

 

Consternation et désolation : les auteurs affirment n’avoir reçu aucun avertissement concernant ce changement de politique commerciale. Mieux, B&N aurait agi sans aucun préavis, en supprimant tout bonnement des comptes – et, conservant les redevances qui sont associées aux ventes...

 

Que se passe-t-il ? Eh bien, il semble que ce soient les livres avec une tendance érotique qui sont ciblés, et donc leurs auteurs. La romance érotique, portant tellement en vogue auprès des lecteurs numériques, serait bannie ? 
 

Jane Austen en critique littéraire de romans gothiques, acerbe et sarcastique


Pour justifier les suppressions de comptes, Barnes & Noble pointe que les livres commercialisés violent les conditions d’utilisation de Nook Press... lesquelles ont été mises à jour le 16 août dernier, en toute discrétion. Sauf qu’à y regarder de plus près, lesdites conditions n’ont pas vraiment évolué. 

 

 

 

On y retrouve simplement un ajout : toute œuvre contenant des propos qui encouragent l’inceste, le viol, la bestialité, la nécrophilie, la pédophilie, ou incitant à la haine et la violence est désormais interdite. Étrange, parce que ce type de précision va sinon de soi, du moins figure parmi les premières précautions à prendre quand on est vendeur de contenu sur internet. 

 

Outrage : roman “d’une humanité terrible” dont l’existence dérange

 

Pour se défendre, Barnes & Noble affirme que la loi est la loi, et qu’il incombe aux auteurs de se tenir informés des évolutions que peut connaître la politique commerciale. Tout changement n’a pas nécessairement à être communiqué aux auteurs, libre à eux de prendre le temps de vérifier. 

 

via The Digital Reader