medias

Ces bandes dessinées numériques trop torrides pour l'App Store

Julien Helmlinger - 25.11.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - Apple - Censure - BD


Visiblement la lecture de BD sur les écrans d'iPad séduit le lecteur nomade. L'achat in-app est bien pratique et les ventes de romans graphiques numériques se seraient envolées au cours de ces trois dernières années écoulées. Seulement, il y a un bémol : ces impitoyables détecteurs de tétons et autres parties dénudées qui condamnent certains titres adultes à être bannis de l'App Store sans que la mesure de censure ne soit toujours justifiée. Cette année, ils seraient non moins de 59 albums à avoir ainsi été écartés de la boutique en ligne d'Apple.

 

 

 

 

De leur côté, les maisons d'édition et autres plateformes revendeuses comme Izneo, Image Comics et ComiXology, qui font régulièrement les frais de cette politique puritaine, se plaignent de ne pas savoir quels sont concrètement ces critères de censure en vigueur sur la plateforme d'Apple.

 

Il existe bien une méthode permettant de contourner ce blocage, à savoir en faisant son acquisition directement par la boutique en ligne d'un revendeur comme ComiXology, ou par une plateforme Android, et synchroniser ensuite le titre avec son appareil iOS. Mais ces albums censurés de la vitrine que constitue l'App Store y perdent néanmoins en visibilité comme en volume de ventes numériques.

 

Évoquant la politique d'Apple, Eric Stephenson, éditeur chez Image Comics, regrette : « Leurs normes sont un peu vagues, vraiment. J'ai l'impression qu'ils n'ont pas beaucoup pensé la façon dont ils traitent les contenus pour adultes, ou pire, qu'il y a un ordre du jour visant à positionner Apple comme une forme d'arbitre moral pour des choses comme la bande dessinée. »

 

Et ce manque de clarté dans la politique de censure est d'autant plus flagrant que se sont dernièrement succédé les malentendus. Cette année a notamment vu ComiXology s'autocensurer par anticipation, lors de la publication de l'épisode 12 de Saga, par Brian K. Vaughan, avant de se rétracter lorsqu'Apple a finalement officiellement approuvé le titre en question.

 

Courant du mois de mai 2013, ComiXology s'était fait solliciter par Apple afin de retirer quelque 56 albums du catalogue de l'application, en raison du fait qu'ils n'étaient pas conformes avec la norme souhaitée par Apple. L'aspiration des éditeurs étant de toucher un public le plus large possible, et à force de se voir si facilement privés d'un canal de distribution, ils pourraient bien finir par s'en détourner pour favoriser les alternatives.