Chine : le vendeur Taohua accusé de violation de droit d'auteur s'excuse

Clément Solym - 16.11.2010

Lecture numérique - Acteurs numériques - copyright - taohua - chine


La vente de livres numériques illégalement va sévir de plus en plus au fil du temps. D'abord parce que le principe d'autoédition facilité par les grandes plateformes sera problématique. Ensuite, parce que la surveillance permanente n'est pas possible. Ou alors faut voir avec Mme Hadopi...

En Chine, la question du droit d'auteur n'est pas tous les jours mise à l'honneur de la sorte. Pourtant, le site Taohua.com qui propose du contenu numérique dans le pays s'est officiellement excusé pour avoir proposé des oeuvres contrefaites. Et pas qu'un peu : 50.231 ebooks ont ainsi été supprimés par le vendeur, conformément au panneau qui était affiché sur sa page d'accueil.


En effet, même des solutions pourtant bien verrouillées comme celle de l'iBookstore ne sont pas exemptes de failles, l'aventure des romans de Murakami en est la preuve. Si les lecteurs ebook sont devenus populaires dans le pays, peu de consommateurs achètent en ligne, privilégiant les sites d'oeuvres piratées. Leur accès est involontairement simplifié par des portails de recherche comme Baidu ou Sina.

La plateforme Taohua propose cependant une offre payante et légale et se présente comme la première du genre dans le pays, avec une telle offre. Cette filiale d'Alibaba Group, elle se pose également en rival d'eBay à l'heure actuelle. Mais le fondateur Jack Ma a le sens de la formule : « eBay peut être un requin dans l'océan, mais je suis un crocodile dans le fleuve Yangtze. SI nous nous battons dans l'océan, nous perdrons, mais si nous nous battons dans la rivière, nous gagnerons », rapporte Publishing Perspectives.

Cependant, d'autres oeuvres sous droit de Milan Kundera, Gabriel Garcia Marquez sont manifestement encore disponibles sur le site de vente.

Dans un communiqué, 22 auteurs chinois avaient récemment accusé Baidu et Taohua de proposer leurs oeuvres sur internet et par là même de violation de copyright. C'est à la suite de ce communiqué que Toahua a présenté ses excuses.