Clean Reader nettoie le verbiage polémique de la littérature

Julien Helmlinger - 09.03.2015

Lecture numérique - Applications - Littérature - Politiquement correct - Censure


Depuis quelque temps, certains acteurs, versant notamment dans la lutte contre le racisme, font pression afin que soient censurées de la littérature ces expressions du passé, désormais politiquement ou religieusement incorrectes. Un éditeur avait supprimé le mot « nègre » des aventures de Huckleberry Finn, un autre l'a plus récemment expurgé de Fifi Brindacier. L'application de lecture Clean Reader permet à ses usagers de faire leur propre censure.

 

 

 

 

L'outil a été spécialement conçu par un couple de l'Idaho, Jared et Kirsten Maughan, adeptes de « The Church of Jesus Christ », afin de donner la possibilité aux lecteurs d'expurger jurons et autres termes sensibles de la littérature qu'ils consomment au format numérique, en fonction de leur propre sensibilité. Libre à eux de plus ou moins passer le balai, via le bouton de paramétrage dédié.

 

Afin de préserver le sens des écrits, chaque mot censuré est alors automatiquement remplacé par un autre, dont le sens général est jugé équivalent. Le premier degré de censure ne s'occupe que de faire la chasse à la vulgarité, quand le plus sévère ne laisserait passer aucune « insulte ».

 

Pour bénéficier de cette fonctionnalité, les usagers devront néanmoins acquérir leur titre via la librairie intégrée de l'application de lecture/censure, dont le catalogue serait riche de plus d'un million de titres, et dont les prix seraient comparables avec ceux des autres détaillants du marché.

 

Suite au tollé provoqué en 2011 par la censure des aventures de Huckleberry Finn, le couple a estimé que les lecteurs méritaient qu'on leur accorde le choix de censurer ou non le verbiage sensible à travers les pages de leurs bouquins. Visiblement le concept a rencontré un certain succès, et aurait été adopté dans quelque 58 pays, notamment en Chine, au Pakistan et en Russie...

 

Les amateurs de surréalisme sauront probablement détourner l'algorithme à des fins créatives, en poussant la censure à fond avec le paramétrage « Squeaky Clean ». Avec ce dernier, le titre Fifty Shades of Grey serait traduit par One Shade of Ecru, comme le pointe le Washington Post. L'app est disponible pour Android comme iOS.