Collusion : Simon & Schuster signe un accord avec les Etats

Clément Solym - 18.05.2012

Lecture numérique - Législation - éditeurs - Apple - justice


Alors que l'implication de Steve Jobs dans l'entente qui se serait mise en place entre les éditeurs et la firme Apple, sur le prix de vente des livres numériques, commence à devenir évidente, uni éditeur vient de sortir du lot. Simon & Schuster vient d'assurer qu'il avait conclu un accord avec de nombreux États. 

 

Les termes de l'accord passé avec les structures fédérales ne sont pas connus, et les porte-parole du groupe éditorial n'ont pas souhaité faire de commentaires. C'est que le mois dernier, Simon & Schuster avait fait valoir qu'il rejoignait HarperCollins et Hachette Book Group dans sa volonté de conclure un accord à l'amiable, et de se conformer à la proposition de règlement du ministère de la Justice. 

 

 

 

En face, l'éditeur Macmillan et Penguin, filiale de la société Pearson, ont préféré aller devant les tribunaux, de même qu'Apple, qui continue de réfuter toute collusion dans cette affaire. 

 

C'est la juge fédérale Denise Cote, qui a dernièrement rejeté l'abandon des poursuites dans le cadre de l'action collective menée contre les éditeurs qui signe un document rapportant l'évolution de l'éditeur. 

 

Le ministère de la Justice, ains que les procureurs généraux de 29 États estiment tous qu'Apple a oeuvré de manière à ce qu'une entente globale soit conclue, pour augmenter le prix de vente des livres numériques, et permettre un contrôle de la part des éditeurs sur ces tarifs, en l'imposant à tous les revendeurs. 

 

A lire

La juge Denise Cote soupçonne un accord entre Apple et les éditeurs

 

 

Simon & Schuster tient donc à assurer de sa bonne volonté dans cette affaire, en soulignant qu'elle était aussi en cours de négociation avec les États pour parvenir à un accord. 

 

Le mois dernier, Simon & Schuster avait déjà signalé sa décision de se conformer à l'offre du Ministère de la Justice, ainsi que Hachette Book Group et HarperCollins. Ce second pan de la plainte, qui concerne cette fois l'action collective est un autre volet de cette poursuite. (via CNet)