Comment la technologie façonne nos habitudes de lecture

Julien Helmlinger - 19.03.2014

Lecture numérique - Usages - Technologie - Lecture numérique - Habitudes de lecture


L'émergence de la lecture numérique aurait non seulement changé la donne pour les écrivains qui ne parvenaient à se faire publier par les maisons traditionnelles, mais également façonné de nouvelles habitudes pour les publics rencontrant des difficultés à lire. Tandis qu'au Royaume-Uni on dénombrerait un lecteur adulte sur six déclarant lutter avec les écrits, l'organisme de bienfaisance Quick Reads, lancé en 2006, a récemment publié les résultats d'une enquête démontrant les bienfaits de l'ebook sur les comportements de ceux qui ont adopté la technologie. La moitié d'entre eux estime qu'elle lirait désormais plus qu'avant.

 

 

 

 

L'ebook occasionne un regain d'accessibilité pour les publics en manque de confiance, que ce soit par les dictionnaires intégrés et autres outils, ainsi qu'à renfort de publications tarifées à des prix plus abordables que le papier. Selon les résultats de l'enquête mené par Quick Reads, les adultes britanniques sondés seraient 48 % à estimer lire davantage depuis leur adoption du livre numérique. Ils seraient en outre 41 % à estimer que la possibilité de rechercher la définition de mots inconnus rend la lecture plus facile, et une bonne moitié à soutenir que la possibilité de modifier l'apparence du texte les a aidés.

 

Concernant l'offre numérique gratuite, 62 % des membres de l'étude en auraient profité pour lire des titres qu'ils n'auraient autrement pas lus. Un créneau sur lequel s'est justement positionné l'organisme de bienfaisance, qui depuis 2006 a produit des ebooks dédiés à la communauté des lecteurs éprouvant des difficultés. Un éventail de titres parfois en vogue, comprenant des auteurs comme James Patterson, Kathy Lette, Lynda La Plante, Minette Walters ou encore Jeffrey Archer, le tout adapté aux lecteurs de niveaux débutant et intermédiaire.

 

Pour autant, Quick Reads n'abandonne pas son attachement aux publications imprimées. Tout le monde n'est pas encore équipé en appareils de lecture numérique, et l'organe sait que les soucis d'accessibilité à la lecture et d'alphabétisation sont parfois en lien avec des questions de revenus et donc, par extension, d'équipement technologique. C'est pourquoi la maison continue de s'assurer de la disponibilités de livres papier qui soient raisonnablement tarifés à 1 £ pour les ménages ne disposant pas des outils nécessaires à la lecture d'ebooks.