Depuis quelques jours, les auteurs indépendants d’ouvrages érotiques se passent le mot sur les réseaux sociaux, Amazon change les règles du jeu sans en faire part aux intéressés. Peu à peu, les romans érotiques du Kindle Store se voient décatégoriser et de fait évincer des classements du site… Un vrai coup dur pour les auteurs indépendants dont les revenus dépendent grandement de la visibilité offerte par ces derniers.

 
Danbo & little pig | 7D
Ben Harrington (CC, BY — NC — ND - 2.0)
 

Le site Motherboard est entré en contact avec certains des auteurs concernés. Privé de leur place dans le classement des best-sellers du site, les titres perdent grandement en visibilité lors de la navigation sur le site, les ostracisant du reste des titres plus… appropriés.

Bien que la majorité des utilisateurs ne prête que peu d’attention au classement des ventes sur Amazon, il influence grandement l’algorithme qui régit la mise en avant d’un livre, son ordre d’apparition lors des recherches, ainsi que la publicité qui en est faite, avec par exemple les suggestions d’achat, qui sont faites d’un produit à l’autre (sur le principe des « si vous avez aimé ce livre, vous pourriez aimer celui-ci »). C’est pour cela que pour les auteurs et libraires numériques indépendants ce classement est si important.

L’auteur Jenny Trout, à l’origine de la série romantico-érotique The Boss (qu’elle a signé sous le pseudonyme Abigaïl Barnette) a vu ses titres non seulement privés de leurs places dans le classement, mais aussi déclassifiés de la catégorie Romance pour passer en érotique. Elle n’a reçu aucun avertissement ni aucune explication de ce déclassement de la part d’Amazon.

« Un auteur indépendant ne peut pas gagner sa vie sans Amazon, alors peu importe l’absurdité de ce qu’ils ont entrepris ce mois-ci, on va être obligé de faire avec. » Elle rappelle qu’elle a vendu un demi-million de copies en trois ans par le biais d’Amazon alors qu’elle a peiné à atteindre les 35 000 copies tous autres revendeurs confondus

« Et ça craint vraiment, mais c’est une compagnie privée alors ils peuvent faire ce qu’ils veulent, nous ne pouvons nous plaindre qu’en tant que consommateurs. Ce n’est pas de la censure, c’est juste une prise de tête supplémentaire incroyable, du coup il n’y a pas vraiment de recours possible pour nous. »

Ce qui est le plus frustrant pour les auteurs est probablement le manque de communication et d’explication de la part d’Amazon. Plus récemment, le site The Digital Reader aurait cependant obtenu un début de réponse à ce mystère. Amazon aurait lancé une nouvelle campagne de revérification entraînant une recatégorisation de ses livres numériques.
 

Cachez moi ce sein, que je ne saurais
vendre : l’érotisme ne paye plus


Il rapporte également la réponse qu’Amazon a faite à un auteur victime de ces changements :

« Nous revenons vers vous concernant la disparition du classement des best-sellers de vos livres. Après avoir consulté notre équipe technique, nous avons la confirmation que cela est dû à une récente mise à jour du filtre pour les ebooks érotiques. »

De même, le site TDR fait remarquer que cette réglementation ne semble affecter que le site Amazon.com, ce détail laisse à penser qu’Amazon fait cela en prévention de l’approbation du projet de loi FOSTA qui pénalise les sites banalisant le trafic sexuel.

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.