ConnectED : Barack Obama offre des ebooks gratuits aux étudiants pauvres

Nicolas Gary - 30.04.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Barack Obama - ebooks gratuits étudiants - scolarité apprentissage USA


Un programme de soutien à la lecture auprès des citoyens américains vient de sortir de la Maison-Blanche. Lier la lecture à la technologie, voici le nouveau credo, que l'on sera prié de réciter sagement, avec 250 millions $ d'investissements réalisés. Cette somme vise à fournir aux étudiants des livres numériques gratuitement, et assurer aux élèves de tout le pays, une carte de bibliothèque, dans le même temps.

 

 

Barack Obama in Virginia - August 2nd

Barack Obama, CC BY SA NC 2.0

 

 

Le président Barack Obama, en déplacement dans une bibliothèque de Washington – ce qui change des librairies, dont il est coutumier – a annoncé son grand projet, ConnectED. Ce programme de deux années vise à améliorer l'éducation et l'alphabétisation, par un lien fort avec le monde numérique.

 

Pour les ménages à faibles revenus, disposer d'un ordinateur peut déjà être compliqué, mais s'offrir des livres numériques le semble plus encore. Or, l'accès à internet pour les communautés pauvres compte déjà parmi les priorités de la Maison Blanche. L'accès aux livres numérique sera maintenant inclus dans le programme global de connectivité et contenu. 

 

Macmillan, Simon & Schusters ainsi que Penguin Random House ont accepté de prendre part aux opérations gouvernementales. Elles cibleront les étudiants disposant de moyens réduits. Dans cette perspective, rapporte l'agence Reuters, le président souhaite que 10.000 titres numériques soient mis à disposition des enfants dont les parents ont de faibles revenus.

 

Moins de 80 % des enfants en condition précaire affichent des niveaux de lecture minimum, affirme la White House. Les 250 millions engagés seront destinés à l'achat de livres, auprès des cinq grands groupes éditoriaux : Verlagsgruppe Georg von Holtzbrinck GmbH's Macmillan, CBS Corp's Simon & Schuster Inc, Penguin Random House, Lagardere SCA's Hachette Book Group Inc, et News Corp's HarperCollins Publishers LLC.

 

Cécile Munoz, responsable de la politique intérieure, affirme que le comportement des plus jeunes est aujourd'hui radicalement différent. « De plus en plus, vous verrez des enfants équipés de ces dispositifs de lecture [numérique], et ce que nous recherchons, c'est de s'assurer qu'il y ait plusieurs livres numériques sur ces appareils. » 

 

Or, pour lire, les enfants auront besoin d'appareils, et plusieurs opérateurs du privé se sont engagés, comme Apple, à fournir des appareils pour une valeur de 100 millions $, afin de réduire les inégalités dans les écoles..

 

Connecté pour pas cher, même en haut débit

 

Dans le même temps, Obama a lancé un appel aux directeurs de bibliothèques publiques, ainsi qu'aux autorités locales et aux responsables scolaires. Il leur demande de travailler de concert pour arriver à fournir une carte de bibliothèque universelle. Ce projet engagerait dans un premier temps une trentaine de villes et de comtés, allant de Baltimore à San Francisco, dévoile l'Associated Press.

 

Le plan ConnectED avait été présenté en juin 2013, dans sa première version, articulée essentiellement sur l'accès à internet. L'investissement de fonds fédéraux pour garantir une meilleure éducation à chacun était la priorité qui portait le projet. À cette époque, on évoquait également la nécessité de manuels scolaires plus accessibles et de solutions numériques, pour aider les élèves dans leur travail. ConnectEd prenait ainsi en compte la nécessité d'un accès à un internet haut débit pour les étudiants américains : la perspective est de proposer une solution facturée à 99 cents, d'ici 2018. 

 

On retrouve également un site McGraw Hill avec accès restreint intitulé ConnectED, vraisemblablement une partie de l'initiative de 2013. 

 

« Nous devons examiner ce que nous pouvons faire, pour offrir des possibilités à chaque communauté, pas uniquement quand elles sont sous le feu des projecteurs, mais chaque jour », assure Jeff Zients, directeur du National Economic Council, à la Maison-Blanche. Une référence évidente à la demande présidentielle, adressée à chaque Américain, de pratiquer son examen de conscience. Suite aux violences survenues à Baltimore, le Président avait en effet pris la parole pour dénoncer la situation, mais également inviter ses concitoyens à une sérieuse introspection. 

 

Selon une étude de l'US Census Office, datée de novembre 2013, 84 % des ménages américains disposent d'un ordinateur. Cependant, dans les foyers aux revenus inférieurs à 25.000 $ annuels, on tombe à 62 %. « Ils ne peuvent pas rester sur le pas de la porte », affirme une conseillère d'Obama. 

 

Soulignons que le président a lancé, en parallèle, une autre campagne #ThankATeacher, destinée à valoriser le travail des enseignants, en incitant l'Amérque à témoigner. Chacun des citoyens a été élève, et peut alors raconter une rencontre scolaire qui a changé sa vie. 

 

"Ms. Hefty taught me that I had something to say — not in spite of my differences, but because of them. She made every...

Posted by Barack Obama on mercredi 29 avril 2015