Contre la pratique d'édition, une web-association des auteurs

Antoine Oury - 20.06.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - web-association des auteurs - Laurent Margantin - écriture numérique


Un groupe d'auteurs, expérimentateurs de longue date sur le Web, marquent clairement son opposition à l'édition traditionnelle ou à la reprise de ses schémas pour dans une version qui serait numérique. Laurent Margantin, Carol Shapiro, Thomas Vilatte ou encore Guillaume Vissac seront parmi les premiers à entrer dans une « web-association des auteurs », sans structure hiérarchique, où seules compteront la circulation et la diffusion des textes.

 


Etourneaux

Un vol d'étourneaux (isamiga76, CC BY 2.0)

 

 

Sans emprunter de détours, Laurent Margantin évoque les raisons qui l'ont poussé à émettre l'idée de cette web-association d'auteurs : « Marre de ce qui se fait depuis quelques temps déjà au nom de l'édition numérique qui commence à fortement ressembler à ce qui nous avait conduits à venir sur le web pour y échapper », explique-t-en commençant son billet.

 

Vraisemblablement, des dissentions avec son éditeur Publie.net aurait été à l'origine de cet agacement, au point que l'auteur publie sur son blog un email de rupture de contrat envoyé par l'éditeur. Dans un autre post de son blog, il n'hésite pas à faire le lien :

L'éditeur numérique comme papier conquiert des territoires en publiant ses auteurs, il doit non seulement défendre jour après jour son bastion mais aussi étendre son empire, alors si ça marche pas avec le livre numérique allons-y gaiement pour la web-édition où l'auteur plutôt que de s'émanciper en créant et développant son propre blog confie un texte à son "éditeur" qui publie du texte-web au kilomètre dans sa grande marmite pour faire grandir un blog central au milieu de la galaxie-web, applaudissement du public, bravo le magicien, c'est la moquerie de Céline à propos de la littérature-variétés : Une autre ! Une autre ! (chanson).

Du coup, l'auteur ne veut plus de cette aura qui lui colle aux plumes : avec ses confrères, réunis dans la web-association des auteurs, il entend constituer « un vol d'étourneaux » sans chef. Mais qui vole ensemble. Ainsi, selon un principe proche de celui des Vases Communicants, chaque auteur serait libre de reprendre un texte de son confrère, pour le republier, l'augmenter de photographies, sons ou vidéos, ou au moins écrire quelque chose en rebond. Bref, revenir aux sources du Web comme Zone d'Autonomie.

 

En effet, si les étourneaux constituent une fort belle image, c'est bien les TAZ d'Hakim Bey qui sont convoqués : des zones autonomes temporaires, pour lesquelles « le Web est le pourvoyeur des chants épiques, des généalogies et des légendes de la tribu [...] il contient même certaines des routes à suivre et certains rêves qui seront vécus comme autant de signes et d'augures ». 

 

Mais dans Zones Autonomes Temporaires, il y a (mal)heureusement « Temporaires »...