Croissance du marché de l'ebook en berne, ou simple illusion ?

Julien Helmlinger - 06.02.2014

Lecture numérique - Usages - Infographie - Livre numérique - Statistiques


Les avis sont tranchés. La question demeure en suspens, quant à savoir si le pic de croissance du marché du livre numérique ferait désormais partie du passé, ou s'il resterait encore à venir. Quoi qu'il en soit, une baisse de croissance du segment n'implique pas une baisse des ventes, et le créneau de l'ebook semble loin d'être condamné. Courant 2013, Sainsbury's a compilé quelques données chiffrées éclairant la tendance.

 

 

 

 

Faites-vous partie des alarmistes ou peut-être de ceux qui croient dur comme fer en l'avenir du livre numérique ? L'infographie semble dater du mois d'août dernier et manquer en conséquence de données plus récentes. Mais celle-ci n'est toutefois pas dénuée d'intérêt pour qui chercherait les causes du ralentissement de croissance sur le marché de l'ebook en 2013. 

 

En premier lieu, les statistiques sont basées sur les données livrées par l'Association of American Publishers. Elles ne tiendraient pas compte des ventes de livres numériques produits par le biais de l'autopublication. La tendance éditoriale prend pourtant de l'ampleur, sans être répercutée dans l'infographie, tandis que près de 40 % des titres autoédités le seraient en format numérique.

 

En outre : davantage un marché se développe, et plus le nombre de ventes correspondant à un même pourcentage de sa croissance s'accroît en conséquence d'une année sur l'autre. A savoir que 1 % du commerce en 2011 ne pèse pas tant en termes de ventes que 1 % l'année suivante, et ainsi de suite...

 

À noter également parmi les causes possibles du ralentissement constaté, que : contrairement à 2012, marquée par le succès commercial de la série des Fifty Shades of Grey, ou encore celui des Hunger Games, les années suivantes n'ont pas vu de titres numériques ayant autant su tirer les résultats du marché vers le haut.

 

Enfin, certains marchés quelque peu en retard sur les États-Unis, comme la France ou l'Allemagne, ne voient pas non plus leurs croissances répercutées dans ces statistiques américaines. Pourtant, il s'agit bien de marchés qui connaissent aujourd'hui les fortes progressions observées il y a deux ou trois ans aux États-Unis.

 

Infographie à parcourir ci-dessous :