Croissance mondiale de 200 % pour le livre numérique en 2010

Clément Solym - 06.02.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - ebooks - marché - monde


Raison garder, certes, mais tout de même, le marché du livre numérique fait son trou comme on peut le constater un peu partout. Pour le cabinet Futuresource Consulting, l'augmentation sur l'année 2010 aura été de 200 % - au niveau mondial.

Dans ce marché, les États-Unis représentent plus de 80 % des revenus mondiaux générés, et d'adoption par conséquent avec la formule Kindle, toujours elle, et ses multiples déclinaisons.

Cependant, d'ici à 2014, estime Fiona Hoy, analyste en charge de l'étude, le marché étatsunien ne représentera plus que la moitié des revenus mondiaux. Plus que... c'est toujours une façon de parler.

L'Europe occidentale devrait ainsi peser pour près de 6 milliards de dollars de chiffre d'affaires, notamment du fait du lancement de Google eBook sur le marché. Cette région ne représenterait pour le moment que 10 % des ventes mondiales.


Le Readius, lecteur ebook qui ne verra jamais le jour

Pour Fiona, cette nouvelle offre aura un impact considérable permettant à des milliers d'oeuvres de trouver un lectorat, tout en proposant un service simple d'utilisation et pratique - basé sur le cloud computing, avec une copie de sauvegarde.

Pour revenir à 2010, le marché aura généré 90 millions de ventes, estime le cabinet, portant ainsi à 900 millions de dollars le revenu global de ce secteur.

Cependant, souligne Fiona, 2010 a marqué pour de nombreux pays européens le premier réel contact du public avec les livres numériques. Et puisque l'offre d'ouvrages en langue locale tend à se développer, la demande suivra nécessairement. Il ne faut pas pour autant négliger l'offre d'ouvrages libres de droit et gratuits, qui elle-même permet de familiariser les consommateurs avec la lecture numérique.

Enfin, en dépit de l'entrée sur le marché d'Apple, Amazon conserver implacablement son leadership. Notamment avec l'implantation d'un service Kindle en Angleterre...

L'enquête peut être consultée sur le site de Future Source. (en anglais)