Dan Brown : l'ebook Da Vinci Code gratuit, pour promouvoir Inferno

Clément Solym - 18.03.2013

Lecture numérique - Usages - marketing - livre numérique - Dan Brown


Depuis plusieurs semaines, les éditeurs britannique et américain de Dan Brown ont mis les bouchées doubles pour assurer la promotion du prochain opus. Inferno, inspiré par Dante, a connu quelques séquences de buzz bien orchestrées, avec la diffusion conjointe des couvertures, pour appâter l'anglo-saxon chaland. Et pourtant, le titre ne doit sortir que le 14 mai prochain. Mais mieux vaut se lancer tôt...

 

 

 

 

Et pour assurer que le soufflé ne retombe pas, l'éditeur Doubleday a décidé d'accompagner le 10e anniversaire du best-seller suprême, The Da Vinci Code, en offrant aux internautes de le télécharger gratuitement durant tout une semaine. L'expérimentation est intéressante, mais pas dénuée de sens : dans cette version gratuite d'un ouvrage déjà ultra rentabilisé, l'éditeur va offrir le prologue et le premier chapitre du livre... Inferno.

 

Vendu, adapté, traduit et on en passe et on en oublie, le Da VInci Code a connu une belle et longue vie de livre. Et bien qu'il n'ait pas directement connu l'époque du livre numérique, il a été passé en format numérique et connu également une nouvelle vie commerciale. 

 

Selon Doubleday, le hardcover du livre a été le plus rapidement vendu de toute l'histoire de la maison, avec 81 millions d'exemplaires. Et pour Inferno, on attend évidemment un succès tout aussi fort. Pour l'heure Dan Brown n'a pas révélé grand-chose sur son livre, sinon que notre explorateur Robert Langdon va retourner en Europe, pour démêler un mystère mystérieux, tournant autour de l'oeuvre de Dante.

 

Le téléchargement de l'ebook Da Vinci Code débutera le 24 mars, pour les États-Unis et au Canada, chez tous les revendeurs d'ebooks. Le Royaume-Uni verra la promotion arriver ce même 24 mars, avec une publication d'extraits dans le Daily Mail. 

 

Et pour les amateurs, le romancier a rendez-vous le 15 mai, devant le Lincoln Center de Manhattan, pour discuter de codes, de mystères, de symboles et de religion. Ainsi que d'un peu d'édition et de cinéma, rapporte le NYTimes.