Dans le monde de l’art et des artistes : Emile Zola, L’oeuvre

La rédaction - 17.10.2016

Lecture numérique - Applications - Zola, L’oeuvre extrait - Booxup livres occasion - application vente livres


Soucieux de faire circuler au mieux les livres d’un lecteur à l’autre, l’application Booxup a décidé d’une grosse mise à jour. En proposant la vente entre particuliers de livres d’occasion, elle propose de partir à la découverte des bibliothèques de chacun. Et pour ce faire, encourage à retrouver les classiques de la littérature. Aujourd’hui L’œuvre, d’Émile Zola.

 

Hang on! It's fridayportrait time! Whoop! Whoop!  This week I present French journalist, political agitator and novelist Emile Zola by his good friend Edward Manet.   I like his style.  Edward Manet, 1868  #19thcenturyhipster #WishIWasAsCoolAsEmileZola

Emile Zola par Edouard Manet

 

 

Alors, quand les souvenirs de Clermont se trouvaient épuisés, Claude voulait savoir quelle était sa vie chez madame Vanzade ; et, chaque semaine, elle lui donnait de nouveaux détails. Dans le petit hôtel de Passy, silencieux et fermé, l’existence passait régulière, avec le tic-tac affaibli des vieilles horloges.

 

Deux serviteurs antiques, une cuisinière et un valet de chambre, depuis quarante ans dans la famille, traversaient seuls les pièces vides, sans un bruit de leurs pantoufles, d’un pas de fantômes. Parfois, de loin en loin, venait une visite, quelque général octogénaire, si desséché, qu’il pesait à peine sur les tapis. C’était la maison des ombres, le soleil s’y mourait en lueurs de veilleuse, à travers les lames des persiennes. Depuis que madame, prise par les genoux et devenue aveugle, ne quittait plus sa chambre, elle n’avait d’autre distraction que de se faire lire des livres de piété, interminablement.

 

Ah ! ces lectures sans fin, comme elles pesaient à la jeune fille ! Si elle avait su un métier, avec quelle joie elle aurait coupé des robes, épinglé des chapeaux, gaufré des pétales de fleurs ! Dire qu’elle n’était capable de rien, qu’elle avait tout appris, et qu’il n’y avait en elle que l’étoffe d’une fille à gages, d’une demi-domestique !

 

Et puis, elle souffrait de cette demeure close, rigide, qui sentait la mort ; elle était reprise des étourdissements de son enfance, quand jadis elle voulait se forcer au travail, pour faire plaisir à sa mère ; une rébellion de son sang la soulevait, elle aurait crié et sauté, ivre du besoin de vivre.

 

Mais madame la traitait si doucement, la renvoyant de sa chambre, lui ordonnant de longues promenades, qu’elle était pleine de remords, lorsque, au retour du quai de Bourbon, elle devait mentir, parler du bois de Boulogne, inventer une cérémonie à l’église, où elle ne mettait plus les pieds.

 

Chaque jour, madame semblait éprouver pour elle une tendresse plus grande ; c’étaient sans cesse des cadeaux, une robe de soie, une petite montre ancienne, jusqu’à du linge ; et elle-même aimait beaucoup madame, elle avait pleuré un soir que celle-ci l’appelait sa fille, elle jurait de ne la quitter jamais maintenant, le cœur noyé de pitié, à la voir si vieille et si infirme.

 

— Bah ! dit Claude un matin, vous serez récompensée, elle vous fera son héritière. 

 

 

 

Achat ou vente de livres : Booxup, l'application responsable