Dans les bibliothèques américaines, l'offre numérique serait décevante

Clément Solym - 02.12.2015

Lecture numérique - Usages - prêt ebooks usagers - satisfaction offre catalogue - bibliothèques USA


25 % des usagers de bibliothèques ont emprunté au moins un ebook au cours de l’année 2015, annonce une étude réalisée par l’American Library Association. En collaboration avec la Book Industry Study Group, elle a ciblé 2000 personnes, parmi lesquelles 9 % ont pour leur part emprunté un audiobook. Des résultats intéressants pour la suite des discussions. 

 

PaperAndEBooks

G=], CC BY 2.0

 

 

Selon les données actuelles, il semble que 95 % des bibliothèques américaines disposaient d’un fonds numérique en 2014, soit 89 % de hausse par rapport à 2013. En moyenne, on compte 20.244 titres pour les gros établissements et autour de 10.434 pour ceux de taille moyenne, pour l’année passée. 

 

Qu’en est-il aujourd’hui ? L’enquête ne va pas s’aventurer sur des données liées aux catalogues, et reste strictement centrée sur les usages. Ainsi, on découvre que 58 % des usagers ignorent encore que leur établissement dispose d’une offre numérique. 

 

De même, si l’offre de titres imprimés pour adultes (on ne parle pas de littérature rose...) satisfait 90 % des usagers, l’offre numérique ne contente que 51 % des répondants. Et faisant intervenir l’offre cumulée de presse et livres numériques, seuls 39 % des usagers estiment qu’elle est satisfaisante, contre 65 % pour l’offre imprimée. 

 

Considérant l’offre telle qu’elle est pilotée par les éditeurs américains, constituer un catalogue numérique pour les bibliothèques relève du parcours du combattant. Mais surtout, d’un crève-cœur, côté finances. En effet, un best-seller acheté par un particulier coûtera 14,99 $ au plus haut, et l’établissement pourrait le payer jusqu’à 106 $ – prenant en compte les surfacturations opérées. 

 

Le manque d’offre n’est pourtant pas à mettre en relation directement, estime l’étude, avec le peu de prêts numériques constatés. En effet, 37 % des répondants seraient disposés à se mettre en liste d’attente pour lire le livre en format ebook, contre 24 % pour un livre papier. Et en cas d’indisponibilité, 12 % passeront par le téléchargement pirate. Seuls 3 % affirment qu’ils se désintéresseront du livre. 

 

L’étude a été menée durant le printemps, auprès d’usagers de 18 ans et plus, uniquement. Elle démontre avant tout que l’utilisation de médias numériques ne rebute pas du tout les utilisateurs. 58 % affirment lire dans un format numérique de temps à autre, et 53 % si l’on parle de lecture de fiction. La moitié des répondants ne lit pas de livres pour enfants en ebook. (via BISG)

 

L’ensemble est intéressant, si on le met en perspective avec des données présentées par Pew Research en septembre dernier. Selon leurs résultats, 38 % des usagers étaient au courant de la présence d’une offre numérique, contre 31 % en 2012. Les personnes diplômées sont plus à même d’être sensibilisées que les autres, de même que les foyers jouissant de revenus supérieurs à 75.000 $ annuels.

 

Sari Feldman, président de l’American Library Association, indiquait alors que les établissements devaient œuvrer à une meilleure information auprès des utilisateurs. Et à ce titre, que les institutions devaient également s’impliquer dans cette sensibilisation.

 

Tout cela semble malgré tout étrange : l’étude de Pew a été opérée entre mars et avril de cette année, et serait concomitante de celle de l’ALA/BISG date du printemps 2015. Le fait que l’étude de l’ALA BISG ait été menée en ligne uniquement pourrait expliquer cette différence.