David Bowie et William Gibson : internet, forme de vie extraterrestre...

Nicolas Gary - 05.02.2019

Lecture numérique - Usages - David Bowie internet - William Gibson internet - internet société informatique


Le premier est une icône du rock, passionné de lecture et grand promoteur des bibliothèques. Le second a révolutionné la science-fiction en introduisant les univers cyberpunk. Et tous deux avaient eu l’intuition de quelque chose chose, en observant les démarrages d’internet. À deux années d’intervalle, Bowie en 99 et Gibson en 97, voici leurs regards croisés. Passionnant.


 

En somme, entame le chanteur, internet offre l’opportunité pour des subversifs, des rebelles, et des nihilistes, pourquoi pas ? Et puis, qu’importe les monopoles, comme celui de Microsoft, assène-t-il : au mieux l’entreprise contrôle-t-elle les logiciels. Difficile d’imaginer combien les Big data seraient au cœur de toutes les convoitises à cette époque. 

« J‘adhère totalement avec l’idée qu’il existe un nouveau processus de démythification entre l’artiste et le public. » Considérant la fragmentation qui est survenue dans les années 80 et 90 dans le secteur musical, internet deviendrait un vecteur de regroupement pour les communautés. 

Comme la notion de société uniforme s’est mise à voler en éclat dans les années 70 a conduit à ce qu’advienne internet, un média qui « pose et nous montre que nous vivons dans une fragmentation totale », enchaîne-t-il.

« Nous n’avons même pas encore vu la pointe de l’iceberg. Je pense que le potentiel de ce qu’internet va apporter à la société, tout à la fois en bien et en mal, est inimaginable. Je crois que nous sommes en réalité à l’aboutissement de quelque chose de palpitant et de terrifiant », affirme Bowie. Parce qu’il ne voyait pas internet comme un simple outil. Et devant le journaliste presque paniqué, il poursuit.

« C’est une forme de vie extraterrestre », lance Bowie avec un immense rire. Et face au présentateur médusé qui ose à peine, le Duke répond « Y’a-t-il de la vie sur Mars ? Oui, elle vient d’atterrir ici ! », toujours hilare. « Je considère que l’actuelle situation et la forme des contenus seront totalement différentes de ce que nous envisageons réellement en ce moment. Où l’interaction entre l’utilisateur et le fournisseur va être tellement en harmonie, que ça fera voler en éclat notre idée de ce que sont les médias. »

Juste pour la tête de plus en plus dépitée du journaliste, cette vidéo est un bijou. 




Quand en 1984, Gibson imagine le terme de cyberespace, Internet n’est encore qu’un embryon dans les laboratoires de l’armée américaine. En revanche, treize ans après son roman Le Neuromancien, il reconnaît que sa projection est assez éloignée de ce que la réalité a pu fournir. 

« Ce que le Neuromancien prédit comme étant véritablement l’internet n’est pas du tout notre internet », reconnaît-il. C’est qu’au milieu des années 80, « il n’existait aucune réalité tangible du net à partir de laquelle nous pouvions extrapoler. Le Cyberespace que j’ai créé, utilisé par le Neuromancien, n’est pas celui que nous utilisons aujourd’hui. »

Et pour cause. Cependant, l’auteur avait mis le doigt sur plusieurs choses caractéristiques de difficultés contemporaines. Par exemple, la numérisation des médias : selon Gibson, cette approche numérique allait changer radicalement la nature de la célébrité à l’avenir. Ne se hasardant pas à jouer à la boule de cristal, il souligne tout de même que c’est la structure hiérarchique propre à la télévision qui va exploser. Ni internet ni le world wide web ne structureront les éléments de la sorte... Visionnaire...

Le Neuromancien fut, pour l’anecdote, publié la même année que la sortie du premier ordinateur personnel chez Macintosh, Lisa. Dans ce livre, c’était la perspective d’une prison orwellienne qu’il envisageait – et certainement pas la possibilité d’échanger des recettes de cuisine d’un bout à l’autre de la planète. 

« Dans le livre, ils sont tous voleurs professionnels de voitures cybernétiques, qui tentent de dérober des informations. » Oups...
   



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.