De la disparition présumée catastrophique d'Hadopi

Clément Solym - 22.09.2011

Lecture numérique - Législation - hadopi - pirater - reseaux


L'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle et le Conseil de surveillance de Gaumont, disposent d'un président fort, aux convictions assurées. Nicolas Seydoux, dans un entretien accordé à l'AFP, a en effet assuré que la loi Hadopi avait toute raison d'être. Et plus encore.

Sur le terrain de la répression et de la lutte contre le piratage, gouffre financier comme rarement un État à pu en mettre en place, Hadopi serait toutefois vitale. Voire même, si elle « devait disparaître, ce serait une catastrophe. La lutte contre le piratage est un sujet capital pour notre profession », a-t-il expliqué lors du Congrès de la Fédération nationale du cinéma.


Et d'assurer que la législation française fait l'objet d'attentes et de curiosité partout dans le monde où « une cinématographie existe ou cherche à émerger ». Bien vu. On peut donc en déduire aisément que Nicolas Seydoux n'est pas favorable aux mesures socialistes, dont le programme contient une partie visant à abroger la loi, tout simplement.

Aujourd'hui, Hadopi, ce sont 10 millions de procès-verbaux, et un million de mails, ajoute-t-il. Plus 350.000 lettres AR. « Notre estimation est que le téléchargement illégal est resté sensiblement comparable aujourd'hui à ce qu'il était en 2007 alors que le haut débit s'est accéléré et que le nombre d'internautes a été multiplié par 2,5 », poursuit M. Seudoux.

Edition, culture et politique

Hadopi, c'est aussi une loi que l'édition regarde depuis maintenant un bon moment, sans parvenir à se décider, ni à tracer. Le Syndicat national de l'édition a bien assuré qu'il s'y intéressait, mais pour l'heure, rien n'a été mis en place ni signé, pour que le livre numérique, partagé sur les réseaux, soit pris en compte. (voir notre actualitté)

Quant au ministre de la Culture, voilà quelques semaines, il a défendu, dans une diatribe cinglante, la réussite de l'Hadopi, là où les socialistes se seraient tourné les pouces. « Nous avons construit un véritable plan, pour la défense du numérique, avec Hadopi qui protège les créateurs et les artistes. Nous sommes entrés, à pas mesurés, réfléchis, mais résolus, dans la révolution numérique. Y ont-ils réfléchi de la même manière, avec autant d'efficacité ? Non », clamait Frédéric Mitterrand. (voir notre actualitté)

Martine Aubry a toutefois proposé de mettre en place une contribution à 1 €, permettant à tous les internautes de télécharger légalement. Une sorte de licence globale revisitée...




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.