Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Le Livre 010101, une saga du livre numérique des origines à nos jours

Marie Lebert - 11.06.2015

Lecture numérique - Usages - livre numérique - histoire évolution - parcours scientifique


Datée de juin 2015, voici une grande saga du livre numérique de juillet 1971 à nos jours, basée sur le suivi de l’actualité du sujet au fil des ans et sur une centaine d’entretiens poursuivis pendant plusieurs années en Europe, en Afrique, en Asie et dans les Amériques. On y parle des auteurs, des éditeurs, des libraires, des bibliothèques, des catalogues, des dictionnaires, des encyclopédies, des formats de livre numérique, des logiciels de lecture et des appareils de lecture. 

 

Pirater un livre papier

ActuaLitté CC BY SA 2.0

 

 

On accorde autant d’importance au livre numérique non commercial (né en 1971) qu’au livre numérique commercial (né en 1998). On n’oublie pas que ce sont les auteurs qui font les livres – y compris numériques. De nombreux auteurs sont donc interviewés dans ces pages. Les projets collaboratifs existent depuis les débuts du web et leurs auteurs sont également interviewés

 

Comment l’aventure du livre numérique a-t-elle débuté ? Quelles sont les évolutions au fil du temps ? Quelles sont les perspectives ? Tel est le voyage virtuel présenté dans ce livre, un voyage sans frontières qui pourrait tout aussi bien s’intituler « Du Projet Gutenberg à l’iPad », en passant par 0 h, @folio, ActuaLitté, Adobe, Amazon, Apple, l’ASCII, Athena, Bookeen, Bookshare.org, Le Choucas, Citizendium, le copyleft, Creative Commons, le Cybook, CyLibris, DAISY, l’eBookMan, E Ink, l’Encyclopedia of Life, l’EPUB, l’Ethnologue, Eurodicautom, Europeana, Facebook, Franklin, Gabriel, Gallica, Gemstar, Google, la GPL, le Gyricon, Indiscripts, l’Internet Archive, l’iPad, l’iPhone, l’ISOC, le Kindle, Livre-rare-book, Microsoft, Mobipocket, le Nook, Numilog, l’Online Books Page, l’OpenCourseWare, Palm, le PDF, Plastic Logic, PLOS, le Pocket PC, Psion, le Rocket eBook, le SoftBook Reader, le Sony Reader, Twitter, Ulysse, Unicode, le W3C, Wikipédia, WordReference.com, yourDictionary.com, YouScribe, Zazieweb et bien d’autres.

 

Autre originalité de ce livre, la quasi-totalité des informations émane de l’internet. Les premiers sites sont « épluchés » directement sur le web dès ses débuts. Le travail se poursuit au fil des ans, en suivant d’une part l’évolution de ces sites et d’autre part l’actualité du sujet. Les entretiens sont conduits via l’internet après avoir trouvé quelques courriels sur les sites. 

 

Les échanges se poursuivent d’année en année, à distance et en personne. Les entretiens, enquêtes et analyses sont publiés au fur et à mesure sous la forme de pages web sur le Net des études françaises (NEF) avant d’être convertis en livres numériques dans le Projet Gutenberg. 

 

Pour célébrer le quarantième anniversaire du Projet Gutenberg en 2011, ce travail se mue en une série d’articles publiés en français dans ActuaLitté et en anglais dans Project Gutenberg News. Dès les bougies soufflées, il devient livre à nouveau pour aboutir enfin à l’opus que vous avez sous les yeux.

 

 

 


Pour approfondir

Editeur : L'Echappée
Genre : essais de sociologie
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782915830675

L'emprise numérique ; comment internet et les nouvelles technologies ont colonisé nos vies

de Cédric Biagini

Cartable électronique, cloud, e-book, Twitter, tablette tactile, Facebook, smartphone, Big Data. Le déferlement technologique bouleverse notre rapport au monde, aux autres et à nous-mêmes. Les nouvelles technologies donnent l'illusion de la toute-puissance : transparence, accès immédiat à une infinité de connaissances et de produits culturels, démultiplication des contacts et des échanges, accélération, etc. Multinationales du high-tech, start-ups ou hacktivistes, tous prétendent construire un monde sans conflit dans lequel les humains communieraient ensemble grâce à leurs machines magiques, affranchis de toutes contraintes et limites (temporelles, spatiales, relationnelles, corporelles), dans une société fondée sur la fluidité et l'instantanéité des échanges, organisée sur le modèle du réseau informatique : une forme de marché idéal. L'utopie libérale se réalise grâce à la révolution numérique en cours. Les nouvelles technologies recomposent le monde selon leur propre logique, celle de la performance et de l'efficacité. Elles renforcent le règne de la compétition et l'exigence d'aller toujours plus vite, de se mobiliser intégralement pour son entreprise et sur les " réseaux sociaux ", d'être capable de s'adapter à toutes les évolutions technoculturelles, sous peine d'être exclu. L'homme numérique croit avoir trouvé l'autonomie en se débarrassant des pesanteurs du vieux monde matériel." Enfin libre ! ", dit-il, alors qu'au contraire, il dépend de plus en plus de dispositifs technoscientifiques. Pour rester dans la course et tenter de maîtriser un réel qui lui échappe, il multiplie les machines. Mais ce sont elles qui désormais le possèdent.

J'achète ce livre grand format à 14 €