Defective by Design épingle le Nook Touch, et son utilisation d'Android

Clément Solym - 12.09.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - nook - touch - drm


Alors que le lancement du dernier modèle de lecteur ebook du libraire américain Barnes & Noble s'est fait en fanfare, le Nook Touch a attiré l'attention, et pas vraiment sur les révolutions qu'il devait apporter.

Jusqu'à présent, assure le site Defective by Design, les appareils Nook n'avaient pas particulièrement mérité que l'on s'attarde à eux. Cette organisation, DfD, découle des engagements de la Free Software Foundation - fondée par Richard Stallman, prône le logiciel libre et la défense des consommateurs.

Et l'on sait quelles sont les réticences que Stallman avait pu manifester à l'égard du livre numérique... (voir notre actualitté)

Ainsi donc, DfD pointe les nouvelles relations que le Nook Touch entretient avec les DRM Adobe, et plus encore l'utilisation qui est faite du système d'exploitation Android.


DfD pointe que, si Amazon a commencé à expérimenter les ebooks sans DRM, le catalogue du Nook est encore loin de le concurrencer à ce niveau. Bon nombre de magazines sont toujours verrouillés et l'interopérabilité est loin d'être assurée. Il faut en effet passer par le logiciel de lecture implémenté directement dans le Nook pour parvenir à lire ses achats.

Pour DfD, cette situation relève de l'hérésie : avec le système d'exploitation Android, des applications comme FBReader pourraient tout à fait fonctionner - et plus récemment encore BlueFire, qui supporte même les fichiers avec DRM. Pour DfD, si l'on pouvait faire disparaître les DRM, ces verrous qui limitent l'utilisation que l'on peut faire de son achat, ce serait encore mieux, évidemment.

Et le fait qu'avec son nouveau lecteur ebook, Barnes & Noble n'ait en rien considéré cette possibilité rend le nouvel appareil defective by design, une expression intraduisible, qui signifie simplement que le consommateur va se faire emprisonner dans un environnement, sans contrôle sur ce dernier...