Denise Cote, la femme qui a condamné Apple

Nicolas Gary - 16.05.2014

Lecture numérique - Législation - Denise Cote - conspiration - Apple


À lire, certainement, le portrait réalisé par Vanity Fair, de la juge Denise Cote. C'est cette femme qui a été chargée de juger le procès opposant le ministère de la Justice américain à Apple, dans l'affaire d'entente sur les livres numériques. La firme de Cupertino a été accusée d'avoir artificiellement, en accord avec les éditeurs, gonflé le prix de vente des livres numériques, aux dépens des consommateurs. 

 

 

Apple CEO Tim Cook

Tim Cook, PDG de Apple

deerkoski, CC BY 2.0, sur Flickr

 

 

Cote est actuellement une personnalité particulièrement contestée : sa décision de briser le contrat d'agence qui liait les acteurs du livre aux revendeurs n'a pas nécessairement été appréciée de tous. Pourtant, l'article la décrit comme « l'une des lectrices les plus voraces dans le système judiciaire fédéral ».

 

Elle ferait même partie de plusieurs clubs de lecture, dont un consacré à Shakespeare, un autre à la fiction et un dernier aux biographies. Tout cela est bel et bon, donc.

 

Les intérêts multiples pour les livres - et non pour le secteur de l'édition, manifestement - ne l'ont cependant pas empêché de courir après les éditeurs avec un couteau, pour leur imposer une amende colossale afin d'éviter le procès. Et selon la journaliste, la juge ne cacherait pas « un certain malaise, ou une attitude défensive, voire même une tristesse, d'être devenu le fléau le plus improbable de l'édition ».

 

Elle persiste d'ailleurs et signe : la conspiration des éditeurs pour arracher le monde de l'ebook au contrôle d'Amazon n'aurait jamais fonctionné sans l'orchestration d'Apple. En introduisant sa nouvelle librairie, intégrée à l'iPad, la firme de Cupertino a vérolé toute la concurrence possible. 

 

Pourtant, entre le procès et l'année 2007, qui a vu débarquer le Kindle dans la boutique d'Amazon, la société de Jeff Bezos a provoqué de véritables ravages : la décision de Cote de condamner Apple va peser lourdement dans l'économie du livre.

 

Car si Apple a bafoué les lois anti-trust, la décision de Cote a conforté définitivement le monopole de la société qui était alors redevenu un concurrent comme un autre…