Déréférencer les sites pirates : Google se met à l'oeuvre

Clément Solym - 29.10.2014

Lecture numérique - Législation - contrefaçon référencement - Google sites résultats - recherches oeuvres piratage


La dernière mise à jour de Google, concernant le référencement des sites pirates, a été déployée la semaine passée. Accusée de ne pas suffisamment agir pour lutter efficacement, la firme américaine a déverrouillé ses algorithmes pour faire jouer un filtre sur les sites accusés de contrefaçon. Le moteur enclenche donc la seconde, voire la troisième.

 

 

 

Appliquée de la même manière que Panda ou Penguin, d'autres mises à jour des fonctionnalités du moteur de recherche, la mise à jour s'appuie sur deux solutions : la première, ce sont les constatations effectuées par Google, l'autre, ce sont les dépôts de plaintes enregistrées au travers du DMCA. Et selon la société spécialisée dans le référencement, Searchmetrics, les résultats semblent visibles. 

 

Pour une trentaine de sites passés en revue, on constate que le moteur de recherche a bien fait disparaître de ses résultats des sites traditionnellement bien en vue. Certains enregistreraient une perte de référencement, ou SEO, de l'ordre de 98 % – c'est le cas de movie4k.to, notamment. 

 

Cependant, deux nuances s'imposent : la première, c'est que les recherches effectuées ne ciblent que le piratage de films, autrement dit, certainement une grande partie en terme de volume de fichiers. Sauf que sur l'ensemble de l'offre pirate, elle n'est probablement pas représentative de l'ensemble des sites, ni de l'offre contrefaite.

 

L'autre nuance, c'est Numerama qui l'apporte : si l'on constate bien des dégradations de classement pour une multitude de sites, d'autres ressortent maintenant. L'hydre de Lerne ne manque pas de ressources : pour toute tête qui tombe, d'autres repoussent. Mais surtout, le déclassement ne s'effectue qu'au travers de recherches spécifiques si l'on saisit directement le nom du site. 

 

La mesure efficace serait alors de s'inscrire dans les logiques des mises à jour Penguins ou Panda, qui avaient vocation à valoriser les sites avec un contenu de qualité, et qui disposent de certaines garanties de sécurité. L'idée d'appliquer un meilleur référencement aux sites identifiés avec une connexion sécurisée type HTTPS a été évoquée dernièrement. Toute une quête de légitimité qui s'avance.