Des DRM pour sécuriser la diffusion de l'écrit : le Plan Besson 2012

Clément Solym - 20.10.2008

Lecture numérique - Acteurs numériques - plan - numérique - Besson


Le livre occupe une place minime dans le Plan numérique 2012, l’acné voilà quelque temps par Éric Besson. Le livre, ou du moins l'écrit et sa place au sein du monde numérique qui se développe autour de lui.

Fortement inspiré du plan remis par Bruno Patino sur le livre numérique, qui « plaide notamment en faveur de DRM interopérables, qui sont une condition de fond pour fédérer les approches de distribution et de protection », le plan Besson s'articule lui sur quatre morceaux intéressants et actions numérotées.

À travers les actions 52 à 55, c'est un ensemble de réflexions qui seront menées :
  • Tout d'abord entre professionnels et entre professionnels pour parvenir à des accords, sur les formats et la gestion des droits du livre numérique.
  • La fixation des prix sera également importante, dans la démarche de consultation, qui tentera de « notamment proposer des règles communes ».
  • Ensuite, c'est au niveau européen que la réflexion se portera pour l'extension de la TVA à taux réduit, dont bénéficie déjà le livre papier. Un aspect que Serge Eyrolles président du SNE avait déjà soulevé par le passé devant la commission européenne.
  • Enfin, l'action 55 porte plus particulièrement sur la manière dont on pourra « Améliorer les conditions d’accès, de diffusion et de conservation des contenus numériques à l’usage des bibliothèques publiques, dans le cadre de l’élaboration d’un Schéma numérique des bibliothèques par le Conseil du livre, à l’usage des bibliothèques publiques, en s’inspirant par exemple de l’initiative allemande de centralisation des plates-formes d’achat de contenus ».
En effet, si « aujourd’hui la plupart d’entre elles on transformé l’Internet en opportunité de rénover leurs méthodes et leurs moyens de distribution (par exemple, la presse scientifique s’est très largement développée sur les nouveaux réseaux), l’exemple de la musique, dont les ventes ont été minées par le développement du piratage, fait craindre l’arrivée d’une nouvelle génération d’écrans de lecture, capable d’offrir un confort comparable au format papier ».