Des ebooks condamnés : le fournisseur des DRM ferme

Clément Solym - 10.01.2009

Lecture numérique - Acteurs numériques - ebooks - DRM - fichiers


L'avantage suprême avec un fichier numérique dans lequel ont été ajoutés des verrous pour empêcher sa copie, son échange ou autres, c'est qu'il réserve toujours quelques surprises. Et les clients de la société FictionWise vont en faire méchamment les frais.

En effet, alors que la société avait annoncé en février 2008 proposer un catalogue de 17.000 ebooks sans DRM, la société fait face à un désagrément de taille.

De fait, Fictionwise utilisait l'outil d'Overdrive pour proposer des ebooks DRMisés à ses clients, mais voilà : la société ferme ses portes au 30 janvier et Fictionwise ne possède pas les clés de décryptage des fichiers, aussi n'est-elle pas « en mesure de fournir de nouvelles versions de ces livres à tous ses clients », peut-on lire dans la FAQ. Quel est le problème alors ?

C'est que le contrôle effectué sur les fichiers se fait par le biais d'une identification et que leur validité ne se fait qu'à partir de cette authentification, dès lors que l'on souhaite déplacer le fichier d'un espace de stockage à un autre. Et comme les serveurs d'Overdrive qui assurent cette validation ferment... les fichiers sont désormais condamnés à rester là où ils sont, si on ne les déplace pas avec le 30 janvier.

Pour toute personne qui a acheté - pardon, qui croyait avoir acheté - un ebook, on se retrouve donc avec un fichier inutilisable et par extension, inutile. Heureusement que la société est passée aux fichiers eReader via Stanza et qu'elle peut désormais assurer la promotion de fichiers sans DRM. Et après les éditeurs vont se demander pourquoi les ebooks ne se vendent pas ou s'étonner que les consommateurs préfèrent les pirater ?

Toutefois, la société tient à préciser que ces ventes ne représentent que 300.000 ebooks, soit 4 % des livres vendus par Fictionwise et qu'actuellement les négociations sont en cours avec les éditeurs pour parvenir à une solution.