Des livres en illimité : Bienvenue chez Grosse Bouffe. Ici, on bâfre

Nicolas Gary - 22.07.2014

Lecture numérique - Usages - Kindle Unlimited - abonnement consommer


Les inquiétudes sont nombreuses - cela ne date pas d'hier - quand on parle aux auteurs de leurs revenus. Un service de lecture en illimité, même s'il en existe de nombreux déjà, est à ce titre anxiogène en soi. Dès lors que, de près ou de loin, la firme de Seattle y est associée, le niveau d'anxiété monte d'un cran. On sait qu'Amazon aime les auteurs, surtout les indépendants, mais plus encore les consommateurs. Alors, avec Kindle Unlimited, qu'en est-il des reversements ?

 

 

192/365 Very Full

Repus de lecture ?

stuartpilbrow CC BY SA 2.0

 

 

Attention : Amazon France n'ayant toujours pas répondu à nos demandes, il n'est ici possible que de faire un état des lieux de l'offre américaine. Le principe Lire-Jusqu'à-Plus-Soif est toujours attrayant, financièrement : il s'agit bien de proposer une offre destinée aux grands lecteurs, à l'instar de ce qu'ils pourraient trouver dans une bibliothèque publique de prêt, mais sans avoir même à se déplacer. 

 

Selon les données recueillies jusqu'à présent, pour les auteurs et les éditeurs américains, dans le cadre de publications traditionnelles, tout repose sur un pourcentage du livre lu. Passés 10 % de l'ouvrage, les éditeurs seront crédités d'une vente. Mais on ignore quel sera l'équivalent monétaire de cette vente. Vraisemblablement, le prix d'achat auprès de l'éditeur. Quant aux 10 %, ils pourraient devenir une variable d'ajustement, et passer à 15, 20 ou plus sur libre appréciation d'Amazon. Chouette, de l'autocratique. 

 

Ce qui soulève un léger problème : Amazon n'a manifestement pas à demander l'autorisation de l'éditeur, pour intégrer le livre au catalogue de Kindle Unlimited, puisqu'il reversera le montant d'une vente, et paiera ce qu'il aurait reçu pour un achat classique. 

 

Pour ce qui est des auteurs indépendants, il s'agit d'un catalogue de 500.000 ouvrages relevant du programme Kindle Direct Publishing Select, directement intégrés. Pour ces indés, le modèle KDP Select accorde une exclusivité de vente des livres, pour obtenir des montants de droits d'auteurs supérieurs. Ces derniers seront alors rémunérés avec la création d'un fonds, comme c'est le cas pour Kindle Owners Lending Library, la bibliothèque de prêt destinée aux clients Prime (ou Premium en France). Le montant de la cagnotte, en prévision de Unlimited, est d'ailleurs passé de 1,2 à 2 millions $. 

 

Des souris et des hommes (qui est dans Kindle Unlimited)

 

Kindle Unlimited comptera 645.790 titres, soit plus de 22 % de l'ensemble de l'offre numérique d'Amazon - 2,759 millions de titres. Avec 2157 audiobooks et 2773 ebooks gratuits au sein de l'offre d'abonnement, tout cela ressemble fort à une solide entrée en matière. Comme à ce jour, on ignore combien de titres, publiés traditionnellement, ont été intégrés d'office, il est difficile de mesurer l'engouement véritable des éditeurs américains. On sait simplement que le Big Five (les cinq grands groupes US), n'ont pas encore signé d'accord.

 

Et qu'ils pourraient ne pas le faire avant quelque temps, pour éviter de voir Jeff Bezos monopoliser plus encore le marché numérique... 

 

Le Big Five dans son ensemble refuse obstinément de commenter : HarperCollins, Hachette Book Group, Simon & Schuster ont confirmé, sans plus de détails, qu'ils ne participeraient pas, et Penguin Random House et Macmillan, n'ont pas souhaité répondre, tout simplement. Si certains parlent d'un manque, il ne faut pas envisager aussi pragmatiquement la chose : Amazon n'est pas sur une course de vitesse, mais une fois encore, sur un marathon. La firme avait laissé de l'avance à tout le monde, pour déblayer le chemin, et maintenant que la route est propre, le bulldozer peut entrer en scène. 

 

 

capital

c_ambler, CC BY 2.0

 

 

La question reste de savoir, une fois encore, si le modèle économique est viable, pour les auteurs. Les indépendants y trouveront certainement une source de revenus supplémentaires, ceux qui passent par l'édition traditionnelle... peut-être moins. Car il n'est plus possible de considérer que cette offre illimitée sera complémentaire de la vente au détail de livres : Amazon, vendeur d'ebooks, va concurrencer Amazon abonnement illimité.

 

Là où une société ne proposant que l'une ou l'autre offre pouvait faire office de société novatrice, Amazon souhaite clairement apporter plus d'eau à son moulin recruteur de nouveaux clients. Le problème est que le modèle Spotify, pour les artistes, n'est pas viable en soi. Pire : c'est à peine une source de revenus sur le long, très long terme, puisque les différentes études jusqu'à lors présentées montrent que le retour sur investissement (nombre de morceaux disponibles/ versements reçus), est proche du dérisoire. Tout du moins, flirte avec le pas grand-chose. 

 

Le temps s'en va - et la lecture avec lui

 

L'idée, avec la musique, c'est qu'elle s'écoute, et que l'on peut être incité à rencontrer, sur une scène, les artistes. Mais écouter n'est pas lire - faut-il vraiment le rappeler ? Le service de streaming musical par abonnement accompagne une consommation industrielle de la création, quand le livre impose un temps nécessaire de lecture. Ce n'est pas le goût de la lecture qui manque, mais le temps de lire. Et même chez les grands lecteurs, ce temps vient à faire défaut, quoi qu'on y fasse. 

 

Il faudrait alors, avec intelligence, cesser de regarder vers le monde de la musique - sinon pour se rendre compte que le numérique bouleverse tout. Et comme les relations entre les grands groupes et Amazon ont tendance à virer à la corde de violon - ce qui risque de ne pas s'améliorer - Kindle Unlimited arrive tout à la fois à point nommé, et au pire des moments. 

 

Pour Russ Grandinetti, vice-président de Kindle, la nouvelle solution « est de loin le moyen le plus rentable pour profiter de livres audio et de livres numériques, d'un seul coup. On peut facilement basculer de la lecture à l'écoute d'un livre, ce qui permet de poursuivre l'histoire, même si vos yeux sont occupés ». Subtil, mais on l'a vu, le nombre de livres audio n'est pas énorme - et certainement pas en mesure de basculer d'une version lue à une version écrite, aussi aisément. 

 

Kindle Unlimited ne résout dans tous les cas pas le principal enjeu : trouver du temps pour lire. De fait, il ne répond qu'à l'une des principales préoccupations de la société américaine, et de ses habitants : consommer le plus possible, pour le moins cher possible, et envoyez la musique. 

 

Quant à la littérature...