Distribution numérique : De Marque prend pied chez Libranda

Clément Solym - 19.09.2014

Lecture numérique - Usages - Libranda - livres numériques - distribution nomination


Au sein de Libranda, société de distribution de livres numériques, compte depuis le mois de juillet l'acteur canadien De Marque. Entré comme actionnaire de la société, De Marque apportera sa technologie Cantook aux différents éditeurs qui recourent aux services – soit à l'heure actuelle, 75 groupes éditoriaux. Une progression internationale qui se poursuit donc.

 

 

En complément d'un accord financier dont le montant n'a pas été révélé, De Marque annonçait l'acquisition d'une partie du capital de Libranda, histoire de s'assurer un retour sur investissement. « De Marque collabore déjà avec les plus grands distributeurs d'ebooks en France et en Italie. Ce partenariat stratégique avec Libranda consolide notre positionnement à l'international, et nous ouvre les portes de l'Amérique latine et du marché hispanique au sein des États-Unis » 

 

Cependant, on apprend que quelques changements ont été opérés au sein de Libranda, dans les postes de direction. Ainsi, le directeur général de De Marque, Marc Boutet, a été nommé vice-président de la firme espagnole, tandis que Marise Josée Blanchet, responsable internationale de De Marque, est également intégrée comme conseillère.

 

José Manuel Lara, grand patron du grupo Planeta, a pris la présidence de Libranda, en remplacement de José Armando Collazos, directeur de  Prisa Ediciones à l'intérieur du groupe Santillana. 

 

Avec un catalogue de plus de 10.000 titres, Libranda est un acteur de taille dans l'industrie du livre, avec des clients comme Planeta, Santillana ou encore Penguin Random House. Sauf que De Marque dispose d'un catalogue de distribution numérique de plus de 100.000 titres, en anglais et en français. 

 

Cette arrivée des Canadiens en Espagne souligne, selon son dirigeant, l'importance que prend la distribution numérique à ce jour. « Cela représente une chance d'améliorer, d'élargir et d'enrichir les solutions et services technologiques que nous offrons actuellement », assure-t-on.

 

Le catalogue devrait alors devenir véritablement plus ouvert sur différentes langues. (via Economia Digital)