Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Diversifier les revenus chez E Ink : passages de brevets avec la Chine

Clément Solym - 07.04.2014

Lecture numérique - Acteurs numériques - E Ink - AU Optronics - Hydis


Le marché du lecteur ebook, avec un écran à base d'encre électronique, ne se porte pas très bien, assure son principal acteur, la société E Ink. Pour ce faire, elle a notamment décidé de diversifier son activité : le secteur du smartphone compte parmi les développements envisagés, avec le Russe Yota, en tête de liste. Reste que la diversification représente l'unique solution pour E Ink Holding.

 

 

 

 

La filiale coréenne, Hydis, vient à ce titre de signer un nouvel accord de licence avec un fabricant chinois d'écrans, BOE Technology Group. Ce dernier serait le plus important du pays, dans la réalisation d'écrans plats. Si les termes n'ont pas été dévoilés, la firme chinoise sera en mesure d'exploiter les brevets que détient Hydis, rapporte le China Post.

 

Sachant que les revenus pour le prochain trimestre devraient diminuer de 5 à 10 %, en termes de chiffre d'affaires, cet accord est le bienvenu. Surtout que, définitivement, le marché du lecteur ebook n'a plus le vent en poupe. Après les 20 millions d'unités expédiées en 2012, on serait passé à 16 millions d'exemplaires durant l'année passée. 

 

En parallèle, on annonce que d'autres fournisseurs d'écrans plats, comme Sharp et AU Optronics, ainsi que  Innolux Corp. et Chunghwa Picture Tubes Ltd ont décidé de s'associer à E Ink, autour de ses brevets FFS (fringe field switching). 

 

On retrouve la technologie epaper de E Ink sur les appareils Kindle, Kobo, Nook et Sony.