Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

#DRMDay : "Le choix revient aux détenteurs des droits d'auteur"

La rédaction - 06.05.2014

Lecture numérique - Usages - DRM - Noël Pampagnin - Adonsuite


En ce 6 mai 2014, ActuaLitté donne la parole à ceux qui font l'édition numérique, auteur, éditeurs, libraires ou lecteurs, et qui se sont retrouvés face aux DRM, des moyens techniques de protection qui rendent parfois la lecture difficile... Noël Pampagnin, créateur de la solution de publication et de diffusion Adonsuite, revient sur le moyen d'éviter ces verrous techniques.

 

 

DRM Inlet

(James Cridland, CC BY 2.0)

 

 

La question « publier avec ou sans DRM » me semble dépassée. Les diffuseurs doivent donner le libre choix de la réponse aux détenteurs des droits d'auteur. Les arguments contre les verrous numériques sont essentiellement de deux sortes :

  • On peut toujours faire sauter les verrous, donc ça ne sert à rien d'en poser. Imaginez un tel argument appliqué à un bien physique. Il serait aussitôt compromis. La pose d'un verrou exprime la volonté du propriétaire des droits de contrôler l'usage de son ouvrage, qui doit être respecté. S'il ne l'est pas, cela devient une question juridique qui relève des Tribunaux.
  • Les verrous empêchent le libre usage des documents numériques et restreignent donc les droits des utilisateurs finaux, comme :
    • Difficultés pour le prêt et l'échange de particulier à particulier
    • Difficultés pour offrir à un tiers
    • Difficultés pour la vente en librairie
    • Difficultés pour l'archivage

Comme je suis auteur, donc concerné, et architecte logiciel, j'ai inventé un modèle de document qui dépasse la question posée. Un document AdonSuite, c'est

  • Un contenu
  • Un identifiant unique
  • Une licence externe accessible par internet
  • Un logiciel qui va interroger la licence externe via internet. Selon le résultat de la requête, le logiciel permet, ou pas, le rendu du document.
  • Une signature pour s'assurer de l'origine du diffuseur et que le document n'a pas été modifié.

Ce modèle a été breveté suite à des demandes faites en 2006, 2008 et 2010. Il est le plus souple qui soit, puisque le document emporte avec lui une grande partie de son propre contrôle.

 

Il autorise la copie privée, le prêt et l'échange entre particuliers, l'offre à des tiers, et l'archivage sur support physique. La restriction aux droits du lecteur est donc minimale, et ne peut plus être invoquée comme dommageable.

 

La protection quant à elle, est assurée pour les documents en HTML/CSS par des chiffrements/déchiffrements symétriques en AES, effectués par un serveur externe dédié, ce qui évite la compromission des clés sur les terminaux de lecture.

 

En outre, et c'est ce qui va au-delà de la question des verrous numériques, le modèle produit des documents « intelligents » qui peuvent fournir des services nouveaux, comme des statistiques sur les pages ou chapitres préférés des lecteurs, la géographie de la diffusion, etc.

 

Noël Pampagnin, créateur d'Adonsuite