#DRMDay : "Un manque de respect pour le lecteur"

La rédaction - 06.05.2014

Lecture numérique - Usages - DRM - Les Vagabonds - édition numérique


En ce 6 mai 2014, ActuaLitté donne la parole à ceux qui font l'édition numérique, auteur, éditeurs, libraires ou lecteurs, et qui se sont retrouvés face aux DRM, des moyens techniques de protection qui rendent parfois la lecture difficile... Sybille, éditrice aux Vagabonds du Rêve, et auteure, n'hésite pas à assimiler la pose de verrous numérique à un manque de respect pour le lecteur.

 


iPod DRM

(*n3wjack's world in pixels, CC BY-SA 2.0)

 

 

En tant qu'éditrice (pour les Vagabonds, donc) et en tant qu'écrivaine, je suis opposée aux DRM car c'est un manque de respect pour le lecteur (celui pour lequel, éditeurs et auteurs, nous bossons).

 

Pour les Vagabonds, notre activité est au stade de démarrage.Nous sommes une structure bénévole (association loi 1901, seuls auteurs et illustrateurs sont rémunérés, mais pas l'équipe : lecteurs, correcteurs...) et, à ce jour, nous avons publié un jeu de rôle (Terres Suspendues). La sortie de notre première anthologie est imminente.

 

Notre choix est de proposer à la fois des livres papier et numérique (pour Terres Suspendues, le format était le PDF pour des raisons esthétiques, mais, pour notre anthologie, ce sera EPUB et MOBI).

Nos fichiers numériques n'ont pas de DRM car nous avons choisi de faire confiance à nos lecteurs qui savent que le prix pratiqué est le plus juste possible.

 

En tant qu'écrivaine, ma position est la même.

 

Je pense que le lecteur est prêt à payer s'il apprécie notre travail et, s'il est trop pauvre pour acquérir des livres, cela ne me choque pas qu'il les pirate, comme je l'ai déjà dit ici ou là ;)

 

Sybille, éditrice et auteure

Les Vagabonds du Rêve