Drones : Amazon tacle la bureaucratie américaine pour sa lenteur

Julien Helmlinger - 25.03.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Amazon - Drone - Technologie


Aux États-Unis, la Federal Aviation Administration (FAA) a finalement accordé au géant Amazon l'autorisation de tester ses prototypes de drones de livraison hors de ses labos. Mais cette décision intervenue la semaine dernière n'enchante pas tellement le détaillant. À l'occasion d'une audition au Congrès, son vice-président Paul Misener a expliqué que cet accord était obtenu trop tard : l'appareil en question, « obsolète », a déjà été abandonné.

 

 

 

Amazon développe son projet de drones de livraison depuis 2013, mais, tandis que les autorisations de la FAA mettent leur temps à être accordées, ou non, la majeure partie de ce travail se ferait à l'étranger, là où la firme n'a pas à composer avec les restrictions de l'organe fédéral et notamment en Inde.

 

Paul Misener a expliqué qu'à l'étranger Amazon n'avait « pas besoin d'attendre plus d'un mois ou deux » pour obtenir une autorisation pour faire ses tests. Désireuse de produire des drones capables de livrer ses clients en 30 minutes, la firme est déjà en train de tester des appareils aux designs plus avancés

 

Parmi les autres restrictions américaines, les drones doivent être pilotés par des pilotes brevetés et ne sont autorisés à voler que pendant la journée. Pour le géant, le territoire américain ne permettrait donc pas un travail de développement « sérieux ».

 

L'Américain livre définitivement plus vite que la bureaucratie fédérale.