Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

e-Dantes, diffuseur numérique : "Le bon ebook pour le bon lecteur"

Clément Solym - 05.09.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - e-Dantes - diffusion - livres numériques


Information ActuaLitté : Depuis quelques jours, la diffusion de livres numériques compte un nouvel acteur : e-Dantes. Société par actions simplifiées, elle a été créée par quelques anciens de la maison Bragelonne, désormais réunis dans l'amour du livre (numérique) et le désir d'en assurer la meilleure promotion. 

 

 

 

 

« Notre but est d'assurer et poursuivre la mission que nous avions chez Bragelonne : défendre les titres de la maison, dans leur version numérique, et par la suite d'assurer la promotion d'ebooks venant d'autres maisons d'édition. Nous procéderons par des mises à jour hebdomadaires, des opérations spéciales, selon les canaux, avec toujours cet objectif : proposer le bon livre pour le bon lecteur. Des surprises arriveront très prochainement, dès septembre et octobre », nous précise Alexandre Levasseur.

 

L'équipe sera la suivante : 

 

• Alexandre Levasseur : Ancien responsable numérique chez Bragelonne devient Directeur commercial

• Émilie Mathieu : Ancienne fabricante Bragelonne devient Directrice de production numérique

• David Oghia : Ancien directeur artistique de Bragelonne devient Président d'e-Dantès

 

Aujourd'hui, le catalogue d'ebooks dont e-Dantès dispose est de plus de 450 titres, tous dans les littératures de l'imaginaire : science-fiction, fantasy, fantastique, bit-lit, mais également la romance, avec la collection spéciale des éditions Milady. On peut d'ores et déjà en trouver trace sur le site d'Immatériel.

 

Parmi les éditeurs, on compte maintenant Bragelonne/Milady, Castelmore, Griffe d'Encre, les éditions du Riez et Brage. 

 

Le premier fait d'éclat de e-Dantes fut d'annoncer le retrait des éditions Bragelonne du catalogue de l'ebookstore de Google Play, le 1er août dernier. « Nous avons été parmi les premiers à signer avec eux, expliquait alors Alexandre Levasseur joint par téléphone, quand personne ne voulait encore y aller ». Et de préciser : « Cela faisait deux ans que nous travaillions dessus, mais nous avons finalement décidé de nous retirer parce que les conditions techniques et financières n'étaient pas au rendez-vous ». (voir notre actualitté)