E Ink Holdings et Japan Display : une nouvelle stratégie autour du ePaper

Clément Solym - 09.11.2016

Lecture numérique - Acteurs numériques - E Ink Holdings - Japan display epaper - encre électronique affichage


C’est une alliance très stratégique que les deux acteurs viennent de monter : Japan Display et E Ink Holdings veulent travailler autour du papier électronique sur le long terme. Le projet est de voir la technologie du second dans les produits du premier. Logique. 

 

e-ink

leucipo2001, CC BY 2.0

 

 

Japan Display (JDI) souhaite en effet intégrer les écrans à base d’encre électronique dans ses différents appareils et offres, que ce soit pour les panneaux de signalisation jusqu’à la téléphonie mobile. 

 

L’entreprise profitera à ce titre des nouvelles solutions comme les écrans tactiles LTPS ou encore la technologie Pixel Eyes. De nombreuses applications seront possibles, depuis les claviers en passant par des solutions éducatives, ou encore les affichages pour voitures. 

 

Si E Ink s’était fait un nom dans le secteur des eReader, ce dernier n’est plus vraiment aussi rentable qu’il le fut. En avril dernier, présentant ses résultats financiers, EIH affirmait déjà que le secteur des lecteurs ebook était moins intéressant commercialement, et déclinait. 

 

La firme dévoilait alors que ses prochains développements seraient avant tout axés sur les applications qui ne touchent pas aux eReaders. L’étiquetage électronique, les écrans de smartphones auxiliaires, ou encore les panneaux d’affichage extérieur représentent des marchés liés à l’encre électronique plus attractifs.

 

Dans un communiqué commun, les deux sociétés réaffirment leur confiance mutuelle – manquerait plus que ça... – à l’égard du ePaper. Pour JDI, cette approche permettra de diversifier son parc de machines, et d’étendre un champ d’activité jusqu’à lors consacré au LCD. 

 

Mitsuru Homma, président-directeur général de Japan Display Inc., fait part de sa volonté d’enrichir les produits technologiques de JDI pour renforcer la croissance de sa firme. Quant à Frank Ko, directeur et PDG de E Ink Holdings, il souligne combien le partenariat profitera aux deux opérateurs, qui ont déjà un long passé de collaboration. 

 

Les rumeurs qui allaient bon train, fin septembre, d’un iPhone disposant d’un double écran, LCD et E Ink, avaient déjà porté l’éclairage sur la société. Et le cours de l’action avait alors immédiatement grimpé au niveau de novembre 2012. Depuis, cette projection a fait long feu, et plus personne n'en a reparlé.