Ebook : "La taille unique ne convient pas au numérique"

Julie Torterolo - 13.11.2015

Lecture numérique - Acteurs numériques - Nathan Hull - abonnement ebook - modèle économique


Nathan Hull, directeur du développement commercial chez Mofibo, plateforme danoise d’abonnement ebook, dénonce les pratiques actuelles de l'édition numérique dans un édito. Pour ce Danois, le numérique doit revenir au sur-mesure, avec des plateformes locales et adaptables aux clients. Et il entend bien montrer l'exemple grâce à sa plateforme. 

 

(Johan Larsson, CC BY 2.0)

 

 

« Pourquoi les éditeurs locaux ne bénéficient pas de la même liberté pour faire ce qui est le plus efficace, le plus approprié et, souvent, plus lucratif pour l’auteur dans l’espace numérique, de la même manière qu’ils ont opéré pendant des décennies pour le papier ? », commence d’emblée ce jeune directeur dans son édito baptisé « When It Comes to Ebook Subscriptions, One Size Does Not Fit All! » ( Quand il s'agit d'abonnement ebook, la taille unique ne convient pas à tous).

 

L’homme d’affaires décrit alors le marché de l’impression, où les éditeurs peuvent tout moduler de la couverture à la date de publication en passant par le format. L’objectif étant l’adaptation à la clientèle locale. 

 

« Si les modèles économiques locaux sont étudiés et choisis judicieusement, les auteurs gagneraient plus d’argent, les œuvres auraient de nouveaux lecteurs, et les éditeurs et auteurs pourraient mieux anticiper », écrit Nathan Hull.

 

Et les exemples pleuvent : Skoobe pour l’Allemagne, Nubico pour l’Espagne, Elisa pour l’Estonie... autant d’entreprises « qui sont en train de changer positivement le visage de la source de revenus de l’auteur et de la portée du marché », affirme-t-il, en dénonçant une stagnation, un manque de dialogue. Bien entendu Oyster est passé par là, mais Nathan Hull l’écarte depuis « que leur talent » a été absorbé par Google

 

Le partage de données avec les éditeurs, "la clé de la réussite"

 

Son entreprise Mofibo arrive vite à titre d’exemple et l’auteur partage le fond de sa pensée : « Non ce n’est pas une marque mondiale. Ce n’est pas Amazon, ce n’est pas Google. Ce n’est pas Apple ». Nathan Hull prône en effet que l’on s’éloigne de ces leaders mondiaux et que l’on dynamise le marché du numérique en proposant des alternatives, adaptées aux lecteurs qui plus est.

 

Comme son entreprise, exemple de réussite selon lui : « Mofibo a fait passer la part des ventes de livres numériques au Danemark de 3 % à 18 % en seulement deux ans ». 

 

Le secret du succès et le modèle marketing prônés tout du long résideraient dans l’échange de données. Mofibo transférait en effet les données des lecteurs, leurs habitudes de lectures, leurs environnements et tant d’autres aux éditeurs, leur permettant de moduler leurs offres en fonction. « Du business intelligent », qualifie-t-il. 

 

« Mofibo fournit des données, des revenus forts, un modèle pay-per-books, et a gagné de nouveaux lecteurs grâce à des campagnes et des partenariats marketing à gros budget. Voilà une société durable et rentable qui permet d’enregistrer une croissance à deux chiffres cette année », conclut le directeur, tout en précisant tout de même que Mofibo va ouvrir ses marchés à travers l’Europe en 2016.