Ebook : Le CNL aide Publie.net à s'installer en bibliothèque

Antoine Oury - 31.01.2013

Lecture numérique - Acteurs numériques - publie.net - Centre National du Livre - bibliothèques


Quatre années d'existence au compteur et un catalogue de créations contemporaines et de nouvelles traductions plus tard, l'éditeur publie.net s'est associé au Centre National du Livre pour proposer un pack de 50 livres numériques à 100 établissements de prêt français. Tandis que les éditeurs classiques peinent à se risquer au prêt, l'innovation vient à pic pour un coup dans la fourmilière littéraire.

 

 

Detroit Public Library

Detroit Public Library, Knight Foundation, CC BY-SA 2.0

 

 

Si, outre-Atlantique, les bibliothèques peuvent compter sur OverDrive comme allié, les initiatives en la matière manquent un peu dans l'Hexagone, du moins jusqu'au récent projet de prêt en bibliothèques de Dilicom. À ce titre, proposer 50 fichiers EPUB gratuits fait figure de beau geste : 100 établissements, bibliothèques municipales ou départementales, CDI, comités d'entreprise, parmi lesquels ceux d'EADS ou d'ArcelorMittal, profiteront d'une partie du catalogue publie.net.

 

« Nous sommes partenaires, avec Immatériel, de la réflexion de Dilicom sur le développement des ressources numériques en bibliothèques. Une convention est actuellement en préparation avec l'Association pour le Développement des Documents Numériques en Bibliothèques et le CNL, afin de profiter d'une restitution d'expérience » explique François Bon. Et peut-être, inciter d'autres éditeurs à suivre l'exemple.

 

Jusqu'à présent, publie.net disposait de 48 établissements abonnés, pour une offre streaming qui concerne tout le catalogue de la maison. Cela dit, « plusieurs abonnés nous ont déjà fait savoir leur intérêt pour l'opération CNL » se réjouit l'éditeur. « C'est la première fois que le Centre aide un éditeur 100 % numérique et je m'en félicite », termine-t-il en rendant au président du CNL ce qui appartient à Jean-François Colosimo : l'idée vient de lui. L'opération reçoit 20.000 € de subventions de l'institution, 15.000 au démarrage et 5.000 supplémentaires à son terme.

 

D'après la formule de Daniel Bourrion, auteur de J'ai été Robert Smith et participant à l'opération, « La seule chose que l'on risque, c'est d'être lus ». Du coup, ni DRM, ni watermark, et un simple logo de l'opération sur la couverture, histoire de voir si le fichier se retrouve ensuite sur les réseaux informels...

 

« Nous nous réservons avec l'ADDNB et le CNL la sélection définitive des 100 établissements, probablement dès fin mars étant donné l'afflux de candidatures » précise François Bon. L'engagement de l'établissement dans une démarche de médiation numérique et de réflexion sur la littérature contemporaine serait un critère décisif...