Ebook : Microsoft, contrefacteur de génie en Australie

Clément Solym - 29.02.2012

Lecture numérique - Législation - contrefaçon - livres numériques - Australie


Cette histoire de vente d'un lecteur ebook, ou d'une tablette, sous couvert d'un discount sauvage et d'une campagne de promotion très agressive avait étonné le petit monde du net, prompt à réagir. Mais ce n'est pas vraiment la promotion appliquée sur l'appareil, passant de 290 $ à 99 qui choquait. Plutôt le petit cadeau complémentaire, de 4000 ebooks offerts en prime...

 

Ainsi que nous l'avions noté, l'appareil était donc livré avec un CD-Rom contenant environ 4000 ebooks, dont un grand nombre encore sous droit - et offerts dans ce qui ressemblait à une belle grande marque de mépris du droit d'auteur.  (voir notre actualitté

 

Or, les autorités australiennes et les organisations professionnelles, une fois la stupeur oubliée, ont également réagi très vivement à cette annonce. Sur le site Cudo, propriété de Microsoft et de la société Channel Nine, la mise en vente accompagnée d'un paquet d'ebooks ouvertement piratés a fait rugir le ministre du Commerce Anthony Roberts. 

 

 

 

C'est que les internautes ont eu tôt fait de découvrir que les ebooks offerts en question relevaient de fichiers récupérés depuis les réseaux Torrent, et plus particulièrement du site The Pirate Bay.

 

Contactée sur le sujet, la société Cudo se défend comme elle peut, assurant qu'elle n'avait découvert l'origine douteuse des livres numériques, que tardivement, rapporte le SMH. Mais pour Joel Becker, de l'Australian Booksellers Association, c'est véritablement une campagne de piratage « sur une très grande échelle », à laquelle on vient d'assister. Et d'autant plus préoccupante qu'elle est orchestrée par deux importantes firmes - « pour lesquelles la protection du droit d'auteur est un enjeu majeur », souligne Joel. 

 

Les deux sociétés en question, Microsoft et Channel Nine ont assuré que tous les acheteurs seront contactés et se verront offrir une compensation pour leur achat incomplet. Cudo estime également que le marchand a tout simplement violé les termes de l'accord de vente. Les mesures devraient être prises pour assurer à leurs clients une totale sécurité dans les ventes. En l'occurrence, il s'agit de système d'achats groupés, un site dont la popularité va croissant, puisqu'il permet de diminuer les coûts unitaires par acheteur. 

 

Sauf qu'entre temps, les plaintes faisant suite à des achats effectués dans ce type de contexte ont augmenté dans le pays de 39 % sur l'année passée. S'ils ajoutent désormais les ventes illicites...