Ebook, tablette, publicité : Google et Amazon, frères ennemis

Clément Solym - 27.12.2012

Lecture numérique - Acteurs numériques - compétition - Amazon et Google - géants du net


Depuis le mois d'octobre dernier, les éditeurs américains et Google ont passé un accord, concernant la numérisation des oeuvres sous droit, que la firme californienne avait fait passer de force sous ses scanners. Sans rien demander à personne, et dans la plus stricte violation du droit d'auteur : l'Association of American Publishers avait tout de même cédé, après des années de procédure...

 

 

 

 

 

En décembre 2004, quand le programme Google Books voit le jour, Amazon s'apprête à fêter ses 10 ans, a connu son introduction en bourse en 97 et ouvert sa filiale française en 2000. La librairie en ligne ne propose alors que des ouvrages en papier, et il aura fallu patienter 2001 pour que la société de Jeff Bezos réalise ses premiers bénéfices. La plus grande librairie au monde, appellation contestée déjà en 97 par Barnes & Noble, qui considérait Amazon comme un simple revendeur de livres, a fait du chemin. 

 

Mais la numérisation des livres par Google, voilà qui assurait un atout important... à Google. Car trois ans plus tard, en novembre 2007, apparaissait le Kindle. La rivalité allait grandir, et selon un ancien dirigeant d'Amazon, Jeff Bezos a clairement interprété cela comme une attaque en règle de la part de Larry Page et Serguey Brin, les fondateurs de Google. 

 

Nous sommes deux soeurs jumelles...

 

« Il s'est rendu compte que la numérisation des catalogues était intéressante pour Google, mais que la vraie victoire de la firme serait de disposer de tous les livres scannés et numérisés », pour ensuite arriver à commercialiser et offrir un accès gratuit, poursuit l'ancien d'Amazon. Et la rivalité ne va pas s'améliorer en 2013, alors que les deux firmes s'opposent désormais sur plusieurs éléments : le cloud computing, la vente de biens culturels dématérialisés, la publicité en ligne et les appareils mobiles.

 

Pour 2013, les deux firmes, depuis Seattle et le siège en Californie, vont se retrouver sur de nombreux autres secteurs. « Amazon veut être l'unique endroit où vous pouvez tout acheter. Google souhaite être l'unique endroit où vous pouvez tout trouver, et dans une certaine mesure, acheter des choses est une sous-catégorie de cette aspiration », précise Chi-Hua Chien, analyste associéé du cabinet Larry Page et Serguei. 

 

« Alors quand vous additionnez ces éléments, je pense que cela entraînera une collision toute naturelle », poursuit-elle. La confrontation entre les deux mastodontes se déroule sur un plan dématérialisé tel que l'on a peine à comprendre l'ensemble des enjeux. En outre, Facebook est également devenu un concurrent qui se veut sérieux, sur le domaine de la publicité. 

 

.... nées sous le signe de l'@

 

Dans le domaine du livre numérique, Google est un acteur tout fraîchement débarqué, puisque son Google Play Store est très récent, et qu'Amazon a déjà pris une fantastique place dans ce marché. Et tout l'écosystème d'Amazon est conçu pour assurer un confort maximal au consommateur - sans jamais pouvoir sortir de l'appareil. Mais après tout, une prison dorée est bien le modèle choisi par Apple - et qui a connu tant de succès....

 

La vente de publicité en ligne, c'est le coeur de métier de Google depuis toujours, ou presque, et Amazon n'est pas encore attendu sur ce secteur. Pourtant, Amazon a affiché 6,7 milliards de messages publicitaires sur son site, au 3e trimestre, soit trois fois ce qui était enregistré sur la même période en 2011. 

 

En revanche, une étude du cabinet Forrester a montré que 30 % des clients en ligne avaient acheté sur Amazon au cours du 3e trimestre, contre 13 % qui sont passés par un moteur de recherche avant d'effectuer leurs emplettes. Un total bouleversement par rapport aux chiffres présentés voilà deux ans, où les moteurs de recherche étaient le point de départ de tout.

 

 

 

 

Et d'un point de vue fichier client, si Google peut tracer tout le surf des internautes, Amazon dispose d'un volume de données sidérantes, puisque tout ce qui a été acheté est stocké, archivé, et permet de faire d'autres sollicitations, pour inciter à acheter encore, ou à découvrir des produits en rapport avec ses précédents achats...

 

Reste que pour Bezos, le trafic a toujours été un élément primordial, et la dépendance d'Amazon au volume apporté par Google a toujours été un motif de préoccupation extrême. « C'est la première fois dans l'histoire du monde où le cartographe est plus important que le territoire qu'il a cartographié », expliquait le fondateur d'Amazon, en parlant de Google, et de ses multiples services. 

 

Si les deux firmes se retrouvent en concurrence également sur d'autres domaines, c'est avant tout que grossir est un impératif pour ces acteurs. Et la domination du net passera probablement par des moyens que l'on ne soupçonne pas encore...

 

La capitalisation boursière de Google avoisine les 235.000 millions de dollars, soit le double de ce qu'Amazon possède, en grande partie parce que Google dispose encore d'immenses avantages sur son concurrent. Et si Google devrait encore cumuler des bénéfices cette année, les analystes s'attendent à ce qu'Amazon enregistre des pertes...

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.