Ebooks gratuits ou partages de liens, la loi allemande intraitable avec Amazon

Antoine Oury - 26.01.2016

Lecture numérique - Législation - ebooks gratuits Amazon - Allemagne Amazon - Amazon loi


Amazon n'a jamais eu de chance avec la justice allemande : la multinationale est régulièrement citée par le Boersenverein, association des éditeurs et des libraires allemands, pour des cas de distorsions de concurrence ou d'infraction au prix unique du livre. Coup sur coup, le géant américain vient de se faire rappeler à l'ordre, pour un partenariat commercial avec un éditeur et une fonctionnalité de partage de pages.

 

Amazon Kindle Paperwhite - Publicité Allemagne

Publicité pour le Kindle Paperwhite en Allemagne (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Au début du mois de janvier, afin d'investir rapidement les appareils reçus en cadeaux lors des fêtes, Amazon s'engageait dans un partenariat commercial avec l'éditeur allemand Bastei Lübbe, plutôt réputé. Dans le cadre de cette opération, le livre de Dan Brown Illuminati était proposé gratuitement en version numérique, pour tout téléchargement de l'application de lecture Kindle.

 

Illuminati, le best-seller offert, avait été publié pour la première fois en Allemagne en 2004, puis en version numérique en 2010 : pas de la première fraîcheur, donc, mais ce genre de partenariat avec Amazon reste sulfureux. Grâce au livre offert, la firme américaine attire sur son application de lecture et système propriétaire Kindle, ergonomique en diable, mais qui a tendance à garder le lecteur consommateur très captif... et donc susceptible de ne dépenser que chez Amazon.

 

Klaus Kluge, membre du directoire de Bastei Lübbe, avait assuré que la maison d'édition ne pensait pas à mal, et avait mis en place le même genre d'opération promotionnelle avec Tolino, l'alliance allemande autour de la lecture numérique, premier concurrent d'Amazon. « Le marché tout entier décline, et nous avons besoin de nouveaux lecteurs », soulignait-il. Mais le partenariat a mis le feu aux poudres et Michael Riethmüller, PDG de la chaîne de librairies RavensBuch, s'était empressé d'annoncer la fin des rendez-vous avec les représentants de Bastei Lübbe, en guise de représailles.

 

La coopérative eBuch.de, qui rassemble environ 600 libraires allemands désireux de disposer de leur boutique numérique, a dénoncé dans un communiqué l'opération commerciale, et la soupçonne d'être tout simplement illégale. Le cabinet d'avocats Ehrlinger, Hagen et.al., qui officie à Berlin, a fait parvenir à Amazon et Bastei Lübbe un courrier les informant de l'infraction au prix unique du livre numérique, en vigueur depuis le début de l'année : en réservant le livre gratuit à Amazon et Kindle, l'opération contreviendrait au prix unique du livre numérique. Dans la procédure, l'éditeur est qualifié de complice.

 

Les avocats se sont laissés jusqu'au 29 janvier prochain pour parvenir à régler le litige, qui servira désormais de précédent pour tous les éditeurs allemands... Et pourrait bien changer la manière dont les opérations commerciales sont pensées en Allemagne, puisque Tolino avait lui aussi affiché le même type de partenariat avec Hugendubel.

 

Partager Amazon, pire qu'une épidémie ?

 

L'agence Reuters rapporte ce lundi qu'Amazon s'est retrouvé isolé sur un autre cas, passé devant la Haute Cour régionale de Hamm : la fonction « Partage » proposée sur Amazon, et permettant de faire parvenir une page produit à un contact par email, Facebook, Twitter ou Pinterest, a été déclarée illégale.

 

Selon la Cour, il s'agit de « publicité non sollicitée et de harcèlement excessif », puisque le destinataire n'a pas donné son accord à ce type d'envois, et son verdict vient en confirmer un précédent, prononcé par un tribunal d'Arnsberg. La Fédération des organisations allemandes de consommateurs (VZBV) a signalé que d'autres services commerciaux seraient contraints de revoir le fonctionnement de ce type de fonctionnalités, assez courantes sur le web.