Ebooks : les raisons du retard de l'Europe

Clément Solym - 20.10.2011

Lecture numérique - Usages - marché - ebooks - retard


Le marché du livre numérique s'est bien développé aux États-Unis depuis 2010 pour représenter aujourd'hui 15 à 20 % des ventes totales de livres. Le Royaume-Uni fait figure d'exception en Europe avec un marché du livre numérique relativement fort représentant 6 % des ventes totales de livres. Dans le reste de l'Europe, France y comprise, les ventes d'ebooks représentent à peine 1 % des ventes totales de livres. Dans la plupart des pays d'Amérique Latine, d'Asie et d'Afrique, les ventes d'ebooks sont négligeables.

Quelles sont donc les raisons qui font que les marchés du livre numérique en Europe et ailleurs sont moins développés qu'aux États-Unis ? PaidContent.org s'est penché sur la situation et apporte une analyse très complète.

 

Le problème des lecteurs d'ebooks


Bien évidemment, la première raison évoquée est l'absence de lecteurs d'ebooks à bas prix. L'arrivée d'Amazon avec son Kindle sur les marchés européens est un sujet de préoccupation pour les éditeurs qui craignent que le cybermarchand ne respecte pas les règles. Pourtant, il pourrait apporter un coup de fouet au marché numérique. PaidContent rappelle que neuf mois après le lancement du Kindle au Royaume-Uni (août 2010), Amazon vendait plus d'ebooks que de livres imprimés. Bien sûr d'autres grosses entreprises internationales peuvent aider le marché numérique à se développer.

 

 

Lors d'une conférence à la Foire de Francfort, la maison d'édition italienne, Mondadori, a notamment expliqué que la vente de ses ebooks sur l'iBookstore italien a explosée dès les premiers jours atteignant 1000 exemplaires vendus par jours. Parmi les autres sociétés importantes qui se sont récemment installées sur le marché du livre numérique en Europe ou vont le faire, on pourrait citer Google, Sony ou encore Kobo.

 

L'offre d'ebooks trop légère


Une offre abondante de lecteurs d'ebooks et si possible à bas prix, c'est bien, mais encore faudrait-il que l'offre en matière de contenus, d'ebooks donc, soit suffisamment développée. Et ce n'est pas le cas. Certes, les éditeurs commencent à faire des lancements numérique/imprimé simultanés, mais les fonds de catalogue sont loin d'être numérisés entièrement. Quant aux livres en langues étrangères les problèmes de restrictions géographiques et de droits d'auteurs rendent la question de la numérisation encore plus délicate.

Pourtant, il semblerait que les livres numériques en langues étrangères se vendent bien. L'éditeur espagnol, Santillana qui a mis ses ebooks sur le Kindle Store américain a par exemple constaté qu'il avait réussi à vendre deux fois plus d'ebooks aux États-Unis qu'il n'en avait vendu à la fois en Espagne et en Amérique Latine. Amazon aurait vendu deux fois plus d'ebooks en anglais dans des pays étrangers qu'en 2010 (et ça se compterait en millions d'exemplaires). Kobo lui, constate une augmentation de 300 % des ventes d'ebooks en anglais dans des pays étrangers, cette année par rapport à 2010.

 

La question du prix des ebooks


Autre point important le prix des ebooks. Une étude menée par la librairie italienne d'ebooks, Bookrepublic et AT Kearney indique que le prix moyen d'un ebook dans le monde (hors taxe) est de 10,50 €, au Royaume-Uni il est de 10,80 € et aux États-Unis de 9,30 €. L'une des grandes peurs des éditeurs étant que des prix trop bas sur les livres numériques impactent négativement sur les ventes de livres imprimés. Le P.D.G. de Mondadori, Riccardo Cavallero a déclaré à ce propos : « Si nous avons peur des prix des ebooks, nous ne survivrons pas. Bien sûr, il y aura de la cannibalisation. C'est le problème que nous devrons gérer alors que nous restructurerons nos sociétés. Les prix des ebooks doivent être vraiment bas ».

 


En plus, d'une politique tarifaire élevée vient s'ajouter le problème de la TVA qui est plus importante sur les ebooks que sur les livres imprimés. Au niveau européen, les livres imprimés sont considérés comme des produits, les ebooks comme des services sous licence. En Italie par exemple, la TVA sur les ebooks est de 25 % alors qu'elle n'est que de 4 % sur les livres imprimés. En France, la TVA sur les ebooks devrait passer en janvier 2012 à 5,5 % au lieu de 19,6 %.

 

Les marchés de l'ebook dans le monde


Les autres pays du monde sont à des stades de développement encore moins avancés que l'Europe. Par exemple, en Afrique du Sud, les éditeurs sont face à un parc de lecteurs très réduit, peut-être 2 millions sur les 50 millions de personnes que compte le pays. Selon, Arthur Attwell, le P.D.G. d'Electric Book (une maison d'édition d'ebook d'Afrique du Sud), il faudrait se concentrer sur « des lecteurs d'ebooks sponsorisés par l'État pour les écoliers, de l'impression à la demande hyper-localisées, des netbooks à bas prix, et des tablettes dans des lieux institutionnels comme les hôpitaux ou dédiés aux affaires ».  En Chine, la lecture en ligne sur téléphones portables des créations littéraires des internautes (à la manière des keitai shosetsu japonais) semble prometteuse. En Russie et au Brésil, l'accent semble avoir été mis sur les contenus numériques éducatifs.

Selon PaidContent, le marché du livre numérique se développera à divers rythmes selon les pays et dépendra des actions des gouvernements et des éditeurs, mais aussi des lecteurs. On notera, qu'une étude a été programmée par Bowker sur la croissance du marché des ebooks et l'attitude des consommateurs dans 10 pays. Cette étude qui sera lancée en 2012 permettra de prolonger la réflexion sur l'évolution des marchés de l'ebook dans le monde. Elle concernera les États-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne, l'Inde, l'Australie, le Brésil, la Corée du Sud, le Japon et la France.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.