Écologie : Les lecteurs ebook sont le filtre à cigarette de la lecture

Clément Solym - 17.08.2011

Lecture numérique - Acteurs numériques - environnement - lecture - kindle


C'est l'histoire d'un monde qui change ses habitudes, et en parvient à faire pleurer les uns et les autres, bien accrochés, justement, à ces anciennes moeurs. Un mouvement de résistance, loin d'être encore structuré, se met en place. Son combat : le papier du livre - et non le livre en papier.

Parmi les dernières publicités lancées pour le Kindle, de quoi largement séduire et plaire au consommateur. Après tout, le principe est simple : en moins de 60 secondes, un livre. Et peu cher de surcroît. Comment un libraire pourrait-il apporter le même service avec du papier ? Corollaire : comment se fait-il qu'aucun publicitaire ne soit parvenu à lancer une campagne tout aussi séduisante ?

Parce qu'une bonne et solide campagne de communication, c'est toujours un moyen efficace de toucher le grand public, non ?

Séduire, instruire et plaire

C'est que... c'est tout de même compliqué de rivaliser contre Amazon. 900.000 ebooks disponibles en quelques clics, depuis son canapé, ça fait peur à n'importe quel professionnel du livre. Et puis, un Kindle, ça a de la gueule, tout de même. Ça fait de vous quelqu'un à la mode. Et un lecteur moderne... Et surtout, les budgets marketing et communication, ça ne court plus autant les rues qu'auparavant.

Or, si l'apanage de la technologie, ce sont ces qualités tant de fois vantées - l'immédiat, le partage (presque), la bibliothèque dans la poche - pourquoi les éditeurs ne seraient-ils pas fiers du papier, célébrer les mérites d'une immense bibliothèque que l'on a mis des années à bâtir ou savourer le bruit de ces pages qui défilent ? Parce qu'après tout, un livre numérique, c'est rien... Mais quand Seuil tentait de vanter son .2 avec une contre pub, c'est finalement en tentant de parodier Apple que l'éditeur vantait les mérites de son format insolite.

Pour une petite planète

Selon un bon vieux principe darwinien, c'est toujours ce qui séduit, qui établit des prouesses physiques, qui dépasse la génération précédente qui est amenée à diriger le monde. Et lutter contre les prouesses de la technologie, c'est un peu sortir Cro-Magnon de sa grotte pour faire face à un char d'assaut.

Et puis, pourquoi ne pas dans ce cas contrebalancer les vertus technologiques par des questions d'empreintes carbone, de pollution, de métaux lourds, d'écologie. Après tout, le papier consomme de l'eau et des arbres, mais combien de siècles la planète devra-t-elle prendre pour digérer un lecteur ebook abandonné, avec toutes les cochonneries qui le composent ? Et surtout, quelles dégradations pour la planète, dont les nappes phréatiques seront souillées, les sols salis ?

Facile de vanter les mérites du numérique, mais en termes d'environnement, le Kindle et ses consorts sont « le filtre de cigarette en acétate de cellulose du monde de la lecture ». Et il ne manquerait plus qu'ils provoquent le cancer...

Voir ce grand coup de poing sur la table, d'un amateur de papier...



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.