Écrire avec les Google Glass : plus facile à voir qu'à faire

Antoine Oury - 18.05.2014

Lecture numérique - Usages - Google Glass - clavier - écrire


Les lunettes intelligentes de Google font encore rêver, et déçoivent bien souvent lors de la première approche. Ainsi, les Glass ne fonctionnent qu'à la voix, et l'usage limité du pavé tactile latéral fait vite réaliser que l'écriture serait délicate. Whirlscape, une start-up basée à Toronto, entend proposer un nouveau type de clavier pour y remédier...

 

 

 

 

La société a sorti dans le store Google Play une application vendue 3,99 $ (2,49 €) nommée Minuum Keyboard : sur les appareils Android, elle permet d'afficher un nouveau clavier, plus compact et plus maniable. Si l'interface déroute, l'écriture devient très vite intuitive, promet la description, grâce à une intelligence artificielle de prédiction/correction redoutable.

 

Et Whirlscape entend bien occuper le terrain des solutions d'écriture sur les Google Glass, comme le suggère une vidéo présentant différentes solutions à l'étude au sein de la société. Pour le moment, deux méthodes sont disponibles : sélectionner les lettres et les mots avec la branche tactile des lunettes, ou en effectuant de légers mouvements de tête. 

 

Le reste de la vidéo présente les possibilités futures, qui semblent déjà bien plus maniables : la détection du mouvement des yeux, le port d'un anneau connecté en accessoire ou l'affichage d'un clavier en réalité augmenté sont quelques-unes des pistes...

 

 

 

 

Depuis plusieurs mois, les propositions de solutions pour les Google Glass se multiplient dans les domaines de la lecture et de l'écriture : Spritz, à Boston, ou Noisy Typing, en Inde, sont deux start-ups qui proposent des outils de lecture sérielle, ou ultra-rapide. Adaptés pour les petits écrans, ils pourraient améliorer le confort d'utilisation.

 

 

 

 

Au détriment de la compréhension, affirment trois psychologues de l'université de San Diego : d'après eux, les phases de « régression » dans le processus de lecture, ces moments où le lecteur revient en arrière, suite à une erreur, à un saut de ligne, ou simplement pour relire une phrase, sont absolument nécessaires à la compréhension du texte. Les applications de lecture rapide, en n'autorisant pas les retours en arrière, seraient particulièrement mal conçues.

 

Reste à voir si Google remarquera ses développements, et soutiendra les projets, ou s'il prépare déjà ses propres améliorations. Mais, si le géant travaille en solo, d'autres fabricants de lunettes connectés sont présents sur le marché, comme OptInvent, société française qui développe ses lunettes connectées, les Ora, à Rennes.