Elektrobiblioteka, un livre de papier harnaché numérique

Clément Solym - 04.09.2012

Lecture numérique - Usages - Elektrobiblioteka - El Lissitzky - UNOVIS Miscellany


À l'heure de définir quel serait son projet en vue de l'obtention d'un diplôme de l'Académie des Beaux-Arts de Katowice, Waldek Wegrzyn n'a pas mis de côté son ambition. Il s'est inspiré du manifeste de El Lissitzky, écrit en 1923 et anticipation des transformations de l'objet-livre, pour créer un hybride à la fois numérique et matérialisé.

 

 

 

 

Pas si loin du Bauhaus, El Lissitzky proclame en 1923 dans La topographie de la typographie (publié pour la première fois dans Merz, « le journal le plus sot du monde ») que le support sur lequel le texte est imprimé est aussi important que le sens attaché à chaque mot. Il prône donc un « design de l'espace-livre » qui corresponde « aux tensions et aux pressions de son contenu », et carrément « un nouvel écrivain » plus en phase avec « le nouveau livre » qui fait irruption.

 

 Si Lissitzky a laissé une marque indélébile sur l'art de la typographie, de l'affiche ou du design, son Electro-Library est restée lettre morte, faute de possibilités techniques. Waldek Wegrzyn a donc repris les concepts en créant les conditions techniques nécessaires à leur application : pour associer numérique et papier, il a fixé sur un livre des bandes conductrices qui réagissent aux contacts et pressions de la main, réalisées à partir d'une encre spéciale.

 

Branché via USB à un ordinateur, tourner des pages et interagir avec le livre permet d'envoyer des informations cryptées vers la machine, qu'il « suffit » ensuite d'associer avec un livre numérique créé par Wegrzyn. Plus qu'une interface façon palette graphique, le livre est un objet indépendant, sur lequel du texte est imprimé. Mais pour ce qui est des vidéos, sons, images 3D, rien ne vaut un écran... Qui a dit « complémentarité » ?