En Belgique, près d'un livre sur cinq serait vendu en numérique

Cécile Mazin - 10.12.2014

Lecture numérique - Usages - Belgique lecture - livre numérique achats - vente librairies


En février, un baromètre réalisé par Primento annonçait déjà que 19 % des Belges avaient lu un ouvrage en format numérique. Une tendance que le vice-président du gouvernement wallon et ministre de l'Économie, de l'Industrie, de l'Innovation et du Numérique, Jean-Claude Marcourt, vient de confirmer avec de nouvelles données.

 

 Belgique : Tournai, cathèdrale Notre-Dame de Tournai. XIIe

(vincent desjardins) CC BY 2.0

 

 

En Belgique, la consommation de livres numériques augmente, vient d'assurer le ministre. Selon lui, 18 % des ouvrages vendus sur le territoire seraient des ebooks, représentant donc près d'un livre sur cinq. De même, 10 % des lecteurs d'ouvrages imprimés envisageraient une transition vers le format numérique, et 3 % étaient déjà des lecteurs numériques, l'an passé.

 

Dans son message, le ministre souligne que le chiffre d'affaires de l'édition en Belgique, qui représentait 260 millions € en 2008, a été très impacté, avec une perte de 2,4 % annuelle, pour arriver à 230 millions € en 2013. 

 

Le député Jean-Charles Luperto avait interpellé le gouvernement sur la question de la vente des librairies du Groupe Libris, ne comprenant pas la mise en vente de magasins pourtant viables, « abandonnés par leur propriétaire ».

 

À ce titre, il soulignait que l'économie du papier « semble délaissé[e], du côté de l'offre, au profit de la vente en ligne ou d'une offre culturelle moins large. On semble dès lors privilégier la réduction de l'offre plutôt que de répondre à la demande ». 

 

Et de s'interroger sur ce que dans « certaines études, notamment aux États-Unis, on apprend que, depuis 2012, la croissance du format électronique et sa popularité ont connu un fort ralentissement. La tendance annoncée de l'abandon du format papier, parfois évoquée, serait-elle donc exagérée » ?

 

Sur la question des librairies, assure le ministre, le gouvernement « n'a à aucun moment été contacté et n'a reçu aucune demande d'aide de la part du groupe Libris ni des représentants de son personnel ». Nous attendons de plus amples informations, sur les données liées au livre numérique.