Encre électronique : La technologie Pearl, remplacée cette année

Clément Solym - 23.07.2013

Lecture numérique - Lecteur eBook - technologie Pearl - encre électronique - E Ink


La société E Ink, qui fabrique des écrans à base d'encre électronique, pour l'ensemble, ou presque, des sociétés commercialisant des lecteurs ebook dans le monde, va faire évoluer ses technologies. La nécessité fait force de loi, et pour le coup, un récent entretien autour de l'écran Mobius, développé en partenariat avec Sony, n'a pas apporté de révélations bien fameuses. 

 

 

 

 

Pour mémoire, Möbius, c'est un écran de 13,3 pouces, et flexible. Là, on a une nouvelle intéressante, même si la réflexion autour de ces écrans ne date pas d'hier. En réalité, ce qui est à retenir de l'entretien publié par CNET, c'est que E Ink compte introduire un successeur à la technologie Pearl, qui est installée sur les machines Kindle, Kobo, Nook, etc., depuis juillet 2010. 

 

Trois ans, c'est long, et si l'on sait que la nouvelle génération d'écran à encre électronique, avec affichage couleur, est en route, on se demande bien s'il ne s'agit pas d'une évolution de Pearl. Disons... Pearl 2 ? Nous l'avions évoquée la semaine passée, l'entretien avec Giovanni Mancini, responsable de la gestion de produits chez E Ink, n'avait pas apporté bien des éléments de réponse. 

 

« Nous n'avons pas de nom à donner pour l'instant. Mais avant la fin de l'année, nous prévoyons non seulement de mettre en place une nouvelle technologie sur le marché, mais aussi d'avoir des clients qui présenteront des produits équipés de cette technologie. » 

 

Les progrès de cette prochaine technologie ont rapidement fait jaser dans les forums de discussion. Toute la question sera alors de savoir dans quelle mesure cette nouvelle technologie pourrait introduire des appareils avec des tarifs moins élevés, base de la démocratisation. D'autant plus que, pour être annoncée d'ores et déjà, cette dernière est déjà mature, et pourrait entraîner de réelles améliorations dans la qualité d'affichage. On pense ainsi à l'Aura de Kobo, qui revendique de la HD pour son lecteur ebook. Et Giovanni avait eu la petite phrase alléchante : « Nous n'atteignons pas les limites de la technologie. Nous touchons aux limites de ce que l'oeil peut percevoir. » 

 

Sony nous avait d'ailleurs confirmé cette orientation future : 

De notre côté, nous réfléchissons et travaillons à des pistes pour prendre le virage d'écrans flexibles et souples, qui permettront de se rapprocher de l'expérience d'une page de papier. 

Entre autres évolutions technologiques, nous souhaiterions rajouter de la couleur à nos appareils à base d'encre électronique, et pourquoi pas dans les années à venir ?

 

Giovanni Mancini, directeur et chef de produit pour E Ink ne donne pas réellement d'éléments de réponse sur ce point. La seule chose que l'on apprend, c'est qu'une nouvelle génération d'écrans est à l'oeuvre, avec une technologie qui réduit considérablement le ghosting - cette rémanence de la page précédente, quand on affiche la suivante. 

 

L'idée serait de proposer un écran qui, contrairement à l'offre actuelle, où le rafraîchissement est limité à 6 pages, serait en mesure de lire jusqu'à 100 pages sans avoir à réaliser de rafraîchissement. Amélioration intéressante, mais pour laquelle les détails manquent.

 

Les images du PRS-T3 qui ont fuité voilà quelques jours, montraient-elles alors un de ces fameux appareils reposant sur la nouvelle technologie Pearl ? Verra-t-on un Kindle à écran flexible prochainement ? Plusieurs observateurs considèrent que ces nouveautés mettront au moins un an à arriver encore - le prototype de 13,3 pouces présenté par Sony, et destiné au secteur scolaire, ne serait finalement qu'un petit avant-goût...

 

Retrouver notre dossier

Lecteurs ebook : petite histoire de l'encre électronique