Encre électronique : le rachat de Sipix préfigure une nouvelle ère

Clément Solym - 21.08.2012

Lecture numérique - Lecteur eBook - E Ink Holding - Sipix - encre électronique


Début août, la société E Ink Holdings, spécialisée dans la fabrication d'écrans utilisant l'encre électronique, s'est engagée à acheter les actions de son concurrent Sipix. Les deux sociétés ont signé un accord autour de cette vente, qui aboutira à la rencontre de deux technologies : l'encre électronique et les technologies LCD. 

 

 

 

 

Pour E Ink, c'est un portefeuille de techniques plus larges qui s'approche. Le président de la société, Scott Liu, précise que ce rachat entre dans « sa stratégie de croissance à long terme ». Et de nombreux autres investissements surviendront pour développer au mieux les marchés des écrans epaper auxquels les ingénieurs travaillent. 

 

Depuis une quinzaine d'années, E Ink investit dans le domaine, avec un certain succès, puisqu'elle est désormais leader dans le secteur. Invention, conception, fabrication et commercialisation d'écrans epaper... et bientôt, des machines associant les deux méthodes d'affichages ?

 

Avec plus de 90 % de parts de marchés et des clients comme Sony, Amazon, Barnes & Noble, Bookeen, Hanvon, Ectaco, Kobo et d'autres, E Ink travaille également avec des sociétés qui recherchent des solutions d'affichage basées sur l'encre électronique. Ainsi, Epson, Motorola ou encore Sikon et Neolux se penchent sérieusement sur ce futur-là.

 

Les rêveurs, main sur la joue, se prendront à imaginer des écrans hybrides, ou une technologie Triton - l'encre électronique, en couleur - qui profiterait amplement de ce futur rachat. Mais pour l'heure, E Ink prévoit surtout d'obtenir une position monopolistique, pour... éviter une guerre des prix.

 

Compétitivité, le maître-mot

 

Étrange approche, en effet, mais selon certaines sources, la firme n'aurait pas besoin des capacités de productions de Sipix. Pour preuve, les commandes passées en 2012 laissent encore de la marge, en regard de ce que les usines pourraient créer. Donc, foin de la main d'oeuvre, c'est bien en se débarrassant du dernier concurrent sur le marché que E Ink empêchera les débordements.

 

Mais par guerre des prix, c'est avant tout une recherche de rentabilité que vise EIH. Ainsi, les produits Mirasol, développés par Qualcomm seraient assez peu compétitifs, puisqu'en termes de coûts, ils s'avèrent onéreux, indiquent les mêmes sources. Et le nerf de la guerre repose bien sûr sur le rendement.

 

En associant la technologie d'affichage électrophorétique de E Ink Holding et LCD de Sipix, c'est aussi un stock de brevets dont le premier va disposer. Plus de 200 brevets ont été déposés par Sipix et d'ici à début 2013, EIH va profiter de cette manne pour améliorer grandement son offre.   

 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.