Entente entre éditeurs : remise sur les ebooks de Macmillan

- 08.04.2013

Lecture numérique - Législation - Macmillan - ebooks - entente éditeurs


L'heure de la potion amère sonne également pour Macmillan, dans la résolution du délit pour entente illégale entre les éditeurs et Apple. Vendredi, l'éditeur américain obéit désormais à la loi du amrché, et laisse aux revendeurs en ligne la possibilité de vendre les best-sellers au prix qu'ils sopuhaitent. Ainsi, après que les éditeurs ont pu fixer leur prix de vente, les revendeurs pourront passer les tarifs de 9,99$ à 7,99$. Ce qu'Amazon, Barnes & Noble et iBooks n'ont pas tardé à faire.

 

 

 

 

Une décision actée avec le Department of Justice en février dernier, des mois après le règlement des autres éditeurs délictueux, et qui devaient se matérialiser sous trois jours. Il aura finalement fallu deux mois pour que les détaillants procèdent aux remises.

 

Ce coup de rabot est assorti d'une incapacité pour l'éditeur à modifier le prix fixé à la baisse par les revendeurs pour une durée de deux ans. De son côté, Penguin, qui a conclu le même règlement, n'a pas encore subi les baisses au niveau des revendeurs, contrairement à Hachette, Simon et Schsuter et HarperCollins.

 

Si le règlement arrange les acheteurs, un tableau comparatif sur Paidcontent montre que Nook, Amazon et l'iBookstore ont harmonisé leurs prix tandis que Google et Kobo n'ont pas encore répercuté à la même mesure la baisse du format numérique. Reste qu'avec un prix de best-seller autour de 7 $, c'est l'écosystème des auteurs autoédités – dont les tarifs sont autour de 5 $ - qui risquent de souffrir de l'arrivée des poids lourds à un prix relativement comparable.