Escroqueries en pagaille : les livres d'Orwell, victimes du laxisme Amazon

Nicolas Gary - 19.08.2019

Lecture numérique - Acteurs numériques - escroquerie Amazon - livres contrefaçon vente - Orwell victime Amazon


L’autopublication apporte des outils de contrefaçon les plus stupéfiants : actuellement, George Orwell fait l’objet d’une prolifération de textes illégitimes — oscillant entre le faux et le réécrit. Depuis quelques semaines, ces textes se commercialisent sur la plateforme, avec peu de perspectives pour endiguer le flux. 

pixabay licence
 

Une enquête menée par le New York Times fait état d’une douzaine de livres, avec une multitude d’astuces toutes plus déconcertantes. Certains vendent le titre comme s’il s’agissait d’une œuvre de leur catalogue, d’autres vont jusqu’à s’approprier l’ouvrage, en le faisant passer sous copyright avec leur propre nom.

Autant de concurrences totalement illégitimes, voire illégales, dont sont victimes 1984, La ferme des animaux et autres parutions d’Orwell. Le fait est que les livres de l’écrivain relèvent du domaine public, et qu’à ce titre, tout un chacun peut en faire ce que bon lui semble. 

Voici quelques semaines, le président de l’Authors Guild, organisme américain chargé de la protection des auteurs, dénonçait des arnaques dans l’industrie du livre « à couper le souffle ». Il faut espérer qu’il ait eu, depuis, le temps de reprendre le sien. Le programme Kindle Direct Publishing, qui offre des solutions de commercialisation numérique sans réserve, et son pendant imprimé, sont les premiers acteurs incriminés.
 

Orwell et Amazon, une longue histoire, torturée


Car il faut reconnaître que la multiplicité des éditions, pour certaines produites en Inde, ressemble à un ras-de-marée. Comme si, d’ailleurs, Amazon semblait encourager, de par l’absence totale de contrôles préalables, à la surproduction d’ouvrages contrefaits.

La firme avait d’ailleurs répondu, par le passé, qu’il « n’y a pas une source unique de vérité », concernant le droit d’auteur — expliquant que chaque pays exerce ses propres législations. Elle se fie donc au pays d’origine pour ses vérifications, et le fait est qu’Orwell semble un très bon exemple de son incapacité à réagir. Ou de son absence de volonté.

Et d’ajouter toutefois que le machine learning et l’intelligence artificielle, les deux bras numériquement armés d’Amazon, étaient impuissants quand ils ne disposent pas d’un unique référentiel. 

Par le passé, Orwell a déjà subi les foudres de l’industrie — cité à tort et à travers par Amazon, lors de son conflit contre Hachette, en 2014. Quelques années plus tôt, les possesseurs de Kindle s’étaient vu dépossédés de leurs exemplaires de 1984 et Animal Farm, directement par Amazon. 

« Rien qu’en 2018, nous avons investi plus de 400 millions $ dans du personnel et des outils […] afin de protéger nos clients contre la fraude et les abus sur notre plateforme », jure pourtant l’entreprise. Elle affirme avoir bloqué plus de 3 milliards de publications suspectes — et accuse le NYT de n’avoir pas pris en compte ces informations. 

Et de promettre que le combat qui l’oppose à la contrefaçon ne cessera qu’une fois cette dernière réduite à néant. 
 

De l'argent sale, mais des mains propres


Sauf qu’entre temps, l’entreprise fait du chiffre, grâce à ces ventes illégales, et qu’elle ne dit jamais ce qu’il advient de l’argent ainsi généré… Quand un faux Orwell est vendu entre 3 et 23 $, les avantages à laisser traîner la lutte contre les faux se chiffrent rapidement. 


pixabay licence

 
D’autant que si la firme contrôlait, humainement, ses produits, cela coûterait cher en êtres humains, et ferait perdre en rentabilité… D’autant qu’une édition falsifiée peut se retrouver avec des centaines d’avis favorables, quand la version légitime n’en disposerait d’aucuns.
 
Selon Bill Hamilton, responsable de la succession Orwell, chaque semaine, une nouvelle œuvre contrefaite apparaît. « Quand est-ce qu’une entreprise comme Amazon va-t-elle assumer la responsabilité de la vente des produits qui passent entre leurs mains ? » 

Quant aux éditeurs, depuis qu’ils sont revenus de leur défaite dans la vente d’ebooks, ils retrouvent la parole. Devant la Federal Trade Commission, l’association des éditeurs a déposé un mémoire accablant. « Le marché des idées risque désormais d’être sérieusement malmené, voire de manière irréparable, en raison de la domination sans précédent d’un très petit nombre de plateformes technologiques. »

Et pendant que l’attention se focalise sur Orwell — dans le domaine public — d’autres internautes tirent la sonnette d’alarme quand c’est Fahrenheit 451, de Ray Bradbury, qui est contrefait. Alors même qu’il est toujours sous droit…


Commentaires
La France connaît aussi ce genre de pratique. J'ai rééditer un ouvrage de Stendhal, HISTOIRE DE LA

PEINTURE EN ITALIE, en version enrichie pour l'Ibook Store. Je l'ai retrouvé sur Amazon en version papier à 50 € avec mon introduction.

En guise de titre le nom de ma maison d'édition : Les Guides MAF.

Etant un nain, je présume ne pas être le seul à être piraté de la sorte. C'est le grand n'importe quoi sur Amazon, d'autant plus que personne n'ira acheté ce livre...enfin j'espère.
1. j'ai réédité

2. personne n'ira acheter

Les éditeurs devraient apprendre les règles de grammaire française élémentaires et s'adonner à quelques exercices de style avant de faire des introductions aux grands textes.

Amateurs de bons ouvrages, allez consulter le blog de Monsieur Marc-André Fournier http://lesguidesmaf.blogspot.com/
"j'ai réédité" ... j'ai eu la curiosité de vérifier et cela paraît correct !!!! ??
Ouai faudrait que je fasse attention quand je suis un peu énervé.

Ça m'apprendra.
Un peu "énerver" peut-être ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.