Estimations et projections sur le marché du livre numérique en France

Clément Solym - 17.03.2012

Lecture numérique - Usages - Ebooks - Etude - GfK


Selon une étude de GfK, rendue publique sur la Scène numérique du Salon du Livre de Paris, 8,3 milliards d'euros ont été générés au travers de la vente de biens culturels en France en 2011 avec une baisse marginale de -0,2 % pour le livre.

 

Dans le Top 15 des biens culturels vendus en 2011, ce n'est ni un album ni un jeu vidéo qui arrivent en tête, mais bien un livre : Indignez-Vous, de Stéphane Hessel, est premier avec 1 700 000 unités écoulées, devant Harry Potter, la chanteuse Adèle et le jeu Call of Duty. Pas de surprise, donc, si le livre a représenté à lui seul 52 % des ventes de biens culturels dans l'Hegaxone l'an passé.

 

Sur le marché français, le numérique représente 10 % du chiffre d'affaires des points de vente pour les biens culturels, mais… seulement 0,3 % pour le livre. Pourtant, 93 % des Français de plus de 18 ans disent connaître le livre numérique, 26 % en ont déjà lu un, 5 % en ont déjà acheté. Mais 90 % n'envisage de lire des livres sous cette forme.

 

 

La majorité des lecteurs du livre numérique sont déjà de gros lecteurs de livres imprimés. Depuis qu'elles lisent des ebooks, les personnes interrogées ont déclarés lire plus de livres qu'avant, globlalement, ais de dépenser moins qu'avant pour leur acquisition.

 

74% des lecteurs de livres numériques ont déjà acheté au moins un livre numérique, mais près de la moitié de ces mêmes lecteurs les acquièrent principalement à titre gratuit. A l'avenir, 44% des lecteurs de livres numériques prévoient d'accroître leurs usages légaux de livres numériques et 43% de les maintenir au même niveau.

 

Pour les lecteurs de livres numériques, la facilité de stockage, la mobilité et le prix sont les trois principaux arguments avancés en faveur du livre numérique, tandis que le confort de lecture, la variété du choix et le plaisir d'offrir constituent les atouts majeurs du livre imprimé.

A noter que les trois quarts des lecteurs de livres numériques envisagent une stabilité ou une augmentation de leur usage du livre imprimé dans les années à venir.

 

Les chiffres du marché pour le livre numérique sont malgré tout, sans doute, promis à une croissance rapide dans les prochains mois : 435 000 tablettes ont été vendues en 2010, 1 million en 2011 et 3 millions sont attendues en 2012.  A l'heure actuelle, ce sont 7% des foyers qui possèdent une tablettes… mais seulement 1% d'entre eux ont un lecteur ebook.

 

Malgré cela, GfK a recensé sur l'ensemble de 2011 1,1 million de téléchargements payants de livres numériques, soit 12 millions d'euros de chiffre d'affaires généré. Pour 2012, les projections de l'étude tablent sur une fourchette basse de 33 millions d'euros de chiffre d'affaires grâce au livre numérique et… 75 millions d'euros en plafond.

 

Seul point noir, sans doute obstacle principal encore à la croissance de la consommation d'ebooks en France : le prix moyen attendu par le consommateur pour un livre numérique est de 5,5 €, soit l'équivalent d'un livre de poche, quand le prix réel moyen pratiqué, selon GfK est de… 14,5 €.