Exercice de futurologie : l'avenir du livre, des éditeurs et du numérique

Nicolas Gary - 20.04.2018

Lecture numérique - Usages - futur livre édition - technologie ebooks éditeurs - avenir industrie édition


Loin des boules de cristal ou du marc de café, Tom Cheeswright travaille à envisager l’avenir. Dans son travail, il accompagne les entreprises dans leurs projets – en tâchant d’anticiper les tendances au mieux. Et dans le monde du livre, tant de choses restent à réaliser qu’il ne manque pas d’occupations.

 

Future
Legosz, CC BY 2.0

 

Dans un entretien avec The Bookseller, Tom Cheeswright pose les bases de son métier : « J’aide des clients à bâtir des structures prêtes à affronter l’avenir, ce qui signifie être souple et répondre rapidement aux défis que les projections ont soulevés. » Les futurologues travaillant d’ordinaire sur des calendriers de 20 à 40 ans, lui préfère se concentrer sur un moyen et court terme, de cinq années.

 

Et en l’occurrence, ce sont avant tout des avancées technologiques qui sont au cœur des mutations. Face à un monde qui connaît « un changement accéléré », explique-t-il, il s’agit donc de se préparer – tant au niveau des individus que des structures. Adopter des stratégies, repenser l’organisation, savoir investir dans l’innovation et développer la culture de l’expérimentation. 

 

Ceci posé, qu’en est-il du monde du livre ? Là où la presse a été lourdement touchée par les évolutions numériques, le livre a fait preuve d’une résilience étonnante. « Mais la technologie ne détruit pas l’existant, elle génère de nouvelles alternatives et une autre concurrence », relève-t-il. 

 

Se relever les manches, et travailler
 

C’est ici qu’intervient donc le livre numérique, et Tom Cheeswright pose immédiatement une remarque trop régulièrement passée sous silence. « Les statistiques de l’ebook sont complètement fausses : elles ne tiennent compte que des éditeurs installés, aussi mesure-t-on mal la chose. [...] Si vous englobez tous les différents modèles de publication pour les livres numériques à ce jour, leur ascension a été véritablement spectaculaire. Et en volume, ils dominent complètement le marché des livres imprimés ; ils n’ont pas décliné du tout. Ce qui a en revanche décliné, ce sont les parts de marché que détenaient les grands éditeurs. »

 

Reste que le livre numérique n’est pas non plus une alternative susceptible de remplacer les librairies, simplement parce que « les machines sont vraiment mauvaises pour nous fournir un moyen de découverte ». Et pour cause : les algorithmes restent un outil de calcul, qui se perfectionne, sans être pour autant en mesure de se dépasser. Ils sont efficaces « pour nous aider à trouver des choses dont nous savons que nous les voulons », pas pour entraîner des découvertes.

 

Voilà pourquoi errer dans une librairie est une « expérience nettement plus agréable, quand on ne sait pas ce que l’on cherche, que de surfer sur une boutique en ligne. Il n’y a pas de sérendipité sur internet. » Ces dernières seront ravies de l’entendre.

 

Cependant, les outils dont nous disposons actuellement, et dont il estime que nous nous servons, très mal, devraient nous tenir en alerte. D’abord, parce que d’autres outils viendront demain. Et cet éveil passe aussi par une prise de conscience quotidienne que les compétences devront être adaptées aux prochains enjeux.

 

Pour les professionnels du livre, éditeurs, libraires, bibliothécaires, dont la mission réside dans la recommandation, deux points seront cruciaux. D’abord, la curation, en tant que découverte et qualification de l’information. Ensuite, la créativité : synthétiser des choses nouvelles contemporaines, pour en produire un outil de demain. Recombiner pour explorer, en somme.

 

Pour les éditeurs, spécifiquement, cela passe par une plus grande communication de la valeur de ce qu’ils vendent. Mais également par une relation durable avec leurs clients, s’assurant aussi qu’ils n’offrent pas simplement ce à quoi ces derniers s’attendent, mais plus encore de quoi les étonner. 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.